Toulouse: Pour Guy Novès, «le Leinster fait peur»

RUGBY Le manager général du Stade Toulousain redoute son match contre les Irlandais, samedi, en demi-finale de la H Cup...

Propos recueillis par Julien Carrere, à Toulouse

— 

L'entraîneur toulousain Guy Novès, en mai 2010.
L'entraîneur toulousain Guy Novès, en mai 2010. — DAMOURETTE/SIPA

En rugby, Toulouse ne redoute pas grand-monde. Et pourtant, le Leinster fait partie des équipes les plus craintes par les coéquipiers de Vincent Clerc. Normal, puisqu’en face, Brian O’Driscoll a préféré snobber le mariage du prince William avec kate Middleton pour se farcir les Rouge et Noir.

Considérez-vous ce match comme une revanche de celui de la saison dernière?

Tous les matches sont des revanches car à ce niveau toutes les équipe que l’on rencontre nous ont au moins battu une fois. Là, c’est particulièrement vrai car nous les rencontrons au même stade que la saison dernière, cette fois chez eux. C’est juste dommage qu’il n’y ait pas de goal-average car on avait pris un peu d’avance l’année dernière (26-16). 

Quel regard portez-vous sur cette équipe irlandaise?

Un regard admiratif car nous sommes conscients que cette équipe ne cesse de progresser en maîtrisant de mieux en mieux son sujet. C’est une équipe qui est encore plus redoutable chez elle. Ils ont corrigé des équipes qui sont pour nous des références en France comme Clermont ou le Racing Métro. C’est un rugby précis, avec un mouvement perpétuel tout en ayant des joueurs très combattifs. On sait où on va mettre les pieds. Le Leinster fait peur car contrairement à d’autres équipes qui ne sont performantes que dans le combat. Eux ont cette dimension-là mais en plus c’est une équipe qui sait alterner le jeu. Leurs joueurs se connaissent sur le bout des doigts. C’est une équipe qui n’a pas de faiblesse. Il faudra une grande équipe du Stade Toulousain

Ce sont eux les favoris de cette rencontre?

Je n’ai pas l’impression qu’en ce moment notre rugby soit plus performant que le leur. On sera dans une ambiance électrique mais heureusement ils ne seront que quinze en face. Maintenant, je peux vous d’ores et déjà vous promettre que le Stade Toulousain n’y va pas pour les regarder jouer.