Quand André Ayew encense Garry Bocaly

Nicolas Guyonnet avec Sandrine Dominique

— 

Pour André Ayew, Garry Bocaly (au c.) est devenu « un des piliers de Montpellier».
Pour André Ayew, Garry Bocaly (au c.) est devenu « un des piliers de Montpellier». — DAMOURETTE / SIPA

Dans l'Hérault, la défaite contre Marseille dimanche en L1 est déjà oubliée. Garry Bocaly et ses coéquipiers ne pensent plus qu'à la finale de la Coupe de la Ligue samedi, toujours face à l'OM. Une revanche contre les tenants du titre. Une première finale pour tous les Montpelliérains qui aura une saveur plus particulière pour Garry.

« Bocaly est un guerrier »
Comme dimanche, le défenseur héraultais se retrouvera face à son club formateur. Celui qui est Montpelliérain depuis une saison et demie a joué pendant six ans avec le maillot ciel et blanc, signant son premier contrat pro avec l'OM en 2006.« Mon passage en pro à Marseille a été un peu court mais ça m'a permis d'apprendre, de progresser. Je ne regrette absolument pas d'y avoir joué.»
A 23 ans, et même s'il n'a pas réussi à se faire une place de titulaire du côté de la Canebière, Bocaly n'es pas revanchard. Au contraire. « Mes années passées là-bas sont des choses que l'on n'oublie pas.» Il y a d'ailleurs tissé des relations fortes comme celle qui le lie à André Ayew qui ne tarit pas d'éloges sur lui. « Je l'ai connu très jeune, on a fait toutes les catégories ensemble à l'OM, on était très proches. On s'appelle régulièrement. Je pense que Garry avait les qualités pour réussir ici, après comme on dit c'est le foot. Aujourd'hui il réussit à Montpellier, confie l'Olympien. Il fait partie des piliers de l'équipe, à son âge, c'est très bien. Je suis vraiment content de ce qu'il est en train de faire.» Le compliment est sincère. Entre amis on ne triche pas même si samedi, le temps d'une finale, ils seront adversaires. Mais « j'espère qu'on jouera vraiment l'un contre l'autre cette belle finale» avance Bocaly. Avec la suspension de Rémy, il a de fortes chances d'être entendu et de devoir marquer à la culotte son collègue phocéen. Attention tout de même, si Ayew loue volontiers les qualités de son pote qui «est un guerrier, un gagneur», il espère aussi garder quelques bottes secrètes pour le contrarier.