Ligue des champions: Pour José Mourinho, «un 0-0 est suffisant pour se qualifier»

FOOTBALL Après le nul obtenu à Gerland (1-1), l'entraîneur du Real Madrid veut valider son billet pour les quarts de finale de la Ligue des champions...

Propos recueillis par Stéphane Marteau à Madrid

— 

José Mourinho, le 15 mars 2011 en conférence de presse
José Mourinho, le 15 mars 2011 en conférence de presse — P.WHITE/AP/SIPA

Il y a trois semaines, à Gerland, il s’était présenté en conférence de presse flanqué de Zinedine Zidane. Cette fois, José Mourinho était seul pour évoquer la deuxième manche du duel avec l’OL. S’il n’a livré aucun indice sur la manière dont il envisage d’aborder cette rencontre, le Portugais a fait référence, sans qu’on lui demande, aux déclarations du président Aulas, qui s’est dit convaincu d’affronter une équipe madrilène résolument défensive.

 

Quelle tactique comptez-vous adopter?
Comme l’a dit le président Aulas, avec un 0-0, c’est suffisant pour se qualifier. Nous allons donc jouer très défensivement, laisser l’OL prendre le jeu à son compte et compter sur Casillas pour qu’il arrête beaucoup de tirs.

Cristiano Ronaldo est-il à 100% pour affronter l’OL?
Je ne sais pas. J’attends d’avoir l’avis du staff médical et celui du joueur pour prendre ma décision. On décidera après l’entraînement d’aujourd’hui pour déterminer l’équipe qui débutera. Ce n’est pas du bluff. S’il se sent bien, tant mieux, il jouera. Sinon il y aura un joueur incroyable en moins sur le terrain, mais il y aura toute une équipe derrière et c’est en équipe qu’on veut continuer l’aventure.

Quelle est l’importance du retour de Lisandro à l’OL?

C’est un joueur que je connais bien puisqu’il a évolué pendant plusieurs saisons dans le championnat portugais. C’est un joueur important et dangereux. Mais il n’y a pas que Lisandro à l’OL, qui est une équipe bien organisée et qui possède un bon entraîneur. On l’a vu lors du match aller. Lisandro était absent et cela n’a pas empêché l’OL d’être très compétitif. Mais nous sommes prêts, quels que soient les joueurs qui seront alignés en face.

Comment expliquez-vous la métamorphose de Karim Benzema?
C’est vrai qu’il a changé, mais je n’ai pas d’explication. Le principal responsable de cette transformation, c’est Karim. Les autres joueurs ont aussi eu une influence positive sur lui. Moi-même je lui ai mis beaucoup de pression et Zizou a travaillé plusieurs fois avec lui au niveau psychologique.

Remporter une nouvelle Ligue des champions est-il une obsession pour le Real Madrid?
Ça ne doit pas être une obsession. Une nouvelle victoire ne changerait pas l’histoire du Real, qui est le champion des champions d’Europe avec ses neuf titres. Le dixième arrivera naturellement et à force de travail. Mais si ce n’est pas cette année, ce sera l’année prochaine. Ce n’est pas grave.