Les supporters du PSG toujours révoltés contre le plan Leproux

FOOT Ils étaient entre 1.000 à 2.000 à protester dans les rues de Paris...

Tiphaine Réto

— 

Révoltés et déçus. Entre 1000 à 2000 supporters du PSG ont manifesté dimanche dans les rues de Paris à l’appel de l’association «Liberté pour les abonnés». «Depuis le mois d’août dernier, nous n’avons plus le droit de venir dans nos tribunes du Parc des Princes, explique Rémi, supporter depuis seize ans au virage Auteuil. Nos abonnements ont été supprimés et les associations qui donnaient vie au stade ont été dissoutes.»

«Chasse aux sorcières»

Au milieu d’une haie de fumigènes rouges et bleus, deux gerbes de fleurs ont été déposées devant le Panthéon. «L’une en hommage à la ferveur du Parc, l’autre en hommage aux droits de l’homme aujourd’hui bafoués », décrypte Jérémy Laroche, président de « Liberté pour les abonnés ». Pour lui, les mesures anti-violence mises en place par le président du PSG, Robin Leproux, ne sont que le début d’une « chasse aux sorcières» : «La loi Loppsi 2, adoptée la semaine dernière, nous relègue au rang de citoyen de seconde zone. Désormais, on peut se retrouver en garde à vue avec un an d’interdiction de stade, une obligation de pointer au commissariat tous les soirs de match et 30 000 € d’amende juste pour avoir arboré l’écharpe du PSG. Ce n’est pas de la lutte contre le hooliganisme, ça. C’est de la discrimination.»

Au milieu du cortège, bercée par les chants des ultras, Valérie, 15 ans, se fâche : «Il y en a marre de l’image du supporter débile. On aime le foot, pas la castagne. Qu’on nous rende nos abonnements et qu’on nous laisse redonner de l’âme aux matchs.»

Un manifestant blessé à la main. Un homme a été blessé à la main, hier, au début de la manifestation. Il a perdu deux doigts en manipulant des fumigènes. Il a été immédiatement pris en charge par le Samu.