Justine Hénin blessée par les rumeurs de dopage

TENNIS La Belge justifie en partie son départ à la retraite...

R.S.

— 

Justine Henin, ici à l'Open d'Australie en janvier 2011, arrête définivement sa carrière
Justine Henin, ici à l'Open d'Australie en janvier 2011, arrête définivement sa carrière — T.WIMBORNE/REUTERS

«Ce qui m'a fait mal, ce sont les rumeurs de dopage, je ne peux accepter, oublier et pardonner». Toute jeune retraitée, Justine Hénin a de la rancœur. La championne belge n’a pas du tout digéré les rumeurs autour de la fin de sa deuxième carrière sur le circuit. Lors d’une conférence de presse à Limelette, où se trouve son académie de tennis, Hénin a même demandé aux journalistes à l’origine de ces insinuations de quitter la salle.

A 28 ans, l’ancienne numéro 1 mondiale insiste sur la seule cause de sa retraite: une blessure au coude droit. Selon la presse belge, elle aurait consulté trois médecins avant de poser les raquettes et n’aurait jamais eu recours au dopage. Entendre qu’elle ait pu tricher lui «fait mal. Cela a blessé des personnes de mon entourage. Je ne peux pas accepter, oublier, ni pardonner. Je n'ai jamais triché», clame l’ex-joueuse qui devrait à  l’avenir s’investir dans son rôle d’ambassadrice de l’Unicef.