Malade depuis quatre ans, Ronaldo confirme sa retraite

A.M.

— 

L'attaquant Brésilien Ronaldo, le 5 décembre dernier, sous le maillot des Corinthians.
L'attaquant Brésilien Ronaldo, le 5 décembre dernier, sous le maillot des Corinthians. — R.MORAES/REUTERS

«Je suis venu vous dire que je mettais fin à ma carrière.» Lundi, Ronaldo, mouchoir à la main pour sécher des yeux humides, à tiré un trait sur sa carrière. Avec des mots tout simples, pour une trajectoire qui n’a jamais été rectiligne, de dribles splendides en blessures graves.

A 34 ans, Luis Nazario de Lima jouait ces derniers mois à un jeu qui n’était plus de son âge. «Je ne peux plus supporter de vouloir exécuter un geste en match et de ne plus pouvoir l’accomplir tel que je le souhaiterais», a expliqué «Il Fenomeno» dans une conférence de presse à Sao Paulo, entouré de ses deux fils.

>> Retrouvez le vidéorama consacré à sa carrière en cliquant ici

>> Et l'interview de son ancien partenaire Benoît Cauet

 A la limite de l’obésité dans un maillot pourtant XXl des Corinthians, Ronaldo est aujourd’hui l’ombre du pur-sang qu’il était à Barcelone. «Il y a quatre ans, j’ai découvert que je souffrais d’une maladie appelée hypothyroïdie qui le métabolisme et dont le traitement suppose la prise d’hormones qui sont interdites dans football par les règlements anti-dopage», souffle le Brésilien, dont la réputation de bon-vivant n’est pas non plus étrangère à cet embonpoint devenu légendaire.

Au moins, cela lui évitera d’abîmer encore l’image de celui qui restera pour un bout de temps encore le meilleur buteur de l’histoire de la Coupe du monde (15 buts).