Tournoi des VI Nations: Des Bleus encore convalescents dominent l'Irlande

RUGBY Les Bleus s'imposent 25-22 malgré trois essais encaissés...

A.P.

— 

Maxime Médard déborde la défense irlandaise, le 13 février 2011 à Dublin.
Maxime Médard déborde la défense irlandaise, le 13 février 2011 à Dublin. — AFP

Le XV de France nage en plein paradoxe. A Dublin, face à l’Irlande, les Bleus ont enchaîné avec une huitième victoire consécutive dans le Tournoi des VI Nations (22-25). Mais le malade inquiète toujours. Avec trois essais encaissés, comme face à l’Ecosse,  la défense continue de tousser, l’animation offensive boitille et le plan de jeu général reste à l’état de promesse. D’ailleurs, Marc Lièvremont a encore offert sa tête des mauvais jours au micro de France 2. «Il y a tellement de déchets, d'erreurs techniques ou de pertes de balle que l'on ne peut pas se mettre à l'abri et que l'on se fout dans le rouge tout seul», énumère le sélectionneur.

>> Un match à revivre en live comme-à-la-maison par ici

Voilà pour les mauvaises nouvelles. Les bonnes tiennent en quelques lignes. L’équipe de France a gagné 15 jours de relative tranquillité avant de croiser la route de l’épouvantail anglais pour une finale avant l’heure de ce Tournoi des VI Nations. Elle peut aussi se reposer sur un grand  buteur avec Morgan Parra. Avec 15 points et  100% de réussite dans ses tentatives, le Clermontois a levé les derniers doutes sur son sang-froid face aux perches.

Jauzion le sauveur

Contre des Irlandais à la recherche d’une seconde jeunesse, à l’image d’un Brian O’Driscoll plus très tranchant, les Bleus ont au moins eu le mérite de profiter de l’indiscipline adverse et de survivre à une entame de match à ranger aux musées des horreurs. A la 55e minute, le supporter français écarquille les yeux pour voir enfin un essai marqué sur attaque placé, le seul essai français tout court. Aurélien Rougerie met Gordon d'Arcy sur les fesses et alerte Maxime Médard pour la conclusion. «On a développé des actions mais il y a des choses à revoir et du travail à faire», pondère Rougerie, plutôt convaincant au poste de second centre.

A 25-15, les Français vont encore jouer à se faire peur en laissant les Irlandais revenir à trois points après l’essai de James Heaslip. Dans les dernièrs instants, Sébastien Chabal balance une passe comme une bouteille à la mer. Tout juste entré, Yannick Jauzion revient en catastrophe rattraper la bévue. Un sauvetage qui permet de maintenir l’illusion d’une équipe sur la voie de la guérison, jusqu’à preuve du contraire … et une consultation du côté de Twickenham le 26 février prochain.