Tournoi de Paris de judo: Pavia et Emane jubilent, Legrand rumine

© 2011 AFP

— 

Automne Pavia (-57 kg) et Gévrise Emane (-63 kg) ont sauté de joie après leur victoire significative à six mois des Mondiaux de judo, samedi lors du Tournoi international de Paris, où le prometteur Ugo Legrand s'est contenté, amer, d'une troisième place.

Pavia et Emane ont été les seuls athlètes tricolores à être ornés de succès lors de cette première journée au Palais omnisports de Paris-Bercy, qui accueillera les Mondiaux (23-28 août), et où le quadruple champion du monde, Teddy Riner (+100 kg) sera en lice dimanche.

A 22 ans, Automne Pavia a glané sa première victoire en Grand Chelem face à la Japonaise Aiko Sato et connu l'émotion d'une standing-ovation d'un public venu en masse.

"Franchement c'est le plus beau moment de ma carrière ! Ca me motive énormément. Ca prouve que je suis bien présente dans la catégorie", a dit la Levalloisienne.

Médaillée d'argent aux Mondiaux juniors en 2008, Pavia a connu un coup d'arrêt dans son ascension avec une opération à une épaule en 2009, qui l'a privée des Mondiaux seniors à Rotterdam.

Cette année-là, c'est la jeune Morgane Ribout qui prend les commandes de la catégorie en s'offrant le titre mondial. "J'ai eu de la jalousie ! J'étais envieuse, ça donne envie."

Samedi, Pavia a gagné et Ribout a été éliminée en 8e de finale. "Moi, c'est un tournoi de Paris. Morgane a gagné un championnat du monde", a tenu à relativiser Pavia, qui sait néanmoins que sa victoire est "un déclic". "Il faut que je répète ça."

Gévrise Emane, elle aussi, veut que ça continue.

A 28 ans, la championne du monde 2007 (-70 kg), passée en -63 kg après les JO-2008, aimerait bien glaner un titre dans sa nouvelle catégorie et espère que sa victoire du jour est le début d'une longue série.

"Je suis contente. J'ai fait une bonne journée. Ca a été formidable. Pourvu que ça dure", a lancé Emane, partenaire de club de Pavia.

Emane, connu pour son explosivité, ne s'est pas privée de parcourir le tapis en faisant des bonds, bras en l'air, après avoir battu en finale la Chinoise Lili Xu.

Elle s'est même offerte quelques petits pas de danse bien rythmés par les applaudissements du spectateurs.

C'est sous les sifflets destinés à son tombeur, le Hongrois Attila Ungvari, que Ugo Legrand a quitté le tatami. Une demi-finale qui a laissé un goût amer au jeune Français, dont c'est la première saison en senior.

Legrand, mené par le Hongrois, a fait une action forte, à 30 secondes de la fin du combat, d'abord comptabilisée en ippon pour être descendue en waza-ari après concertation des arbitres.

"C'était amer. Je commençais à me sentir bien dans la compétition. Je perd encore ce combat. J'ai un regret: dès le début du match, je ne suis pas suffisamment dedans", a concédé Legrand, 22 ans, qui a pourtant passé un cap en prenant conscience de la réalité du très haut niveau chez les seniors.