Hcup: Le Racing Metro tient son match référence

RUGBY Après sa victoire face aux Saracens (21-24), les Franciliens ont trouvé la voie à suivre...

B.V.
— 
Le demi de mêlée du racing Jérôme Fillol, sous les yeux de Sébastien Chabal, le 4 décembre 2010, à Paris.
Le demi de mêlée du racing Jérôme Fillol, sous les yeux de Sébastien Chabal, le 4 décembre 2010, à Paris. — A.PIERRE/SIPA

C’était une question de survie. En gagnant chez les Saracens  (21-24) samedi, le Racing Metro s’est offert le droit de croire encore à la  qualification et de s‘embarquer dans un jeu à trois serré avec Clermont et le  Leinster pour la première place de cette poule de la mort. Mais l’essentiel  n’est pas forcément là. Avec deux jours de recul, les Racingmen avouent avoir  ramené beaucoup plus que quatre points d’Angleterre.

«C’est un match référence,  se réjouit le deuxième ligne Lionel Nallet, absent lors de ce match et qui  devrait faire son retour vendredi pour la revanche, à Colombes. Les libérations  de balle ont été rapides, les joueurs ont avancé à l’impact. On a été très  propres dans tous les secteurs.»

«On a montré qu’on pouvait jouer  nous aussi»

D’autant que les Ciel et Blanc se sont enfin montrés  dangereux sur les extérieurs, libérant de bons ballons pour un Sireli Bobo en  feu. «On a montré qu’on pouvait jouer nous aussi, porter et garder le ballon et  faire beaucoup de temps de jeu, note le demi de mêlée Mathieu Lorée.»  

«L’ensemble de notre performance fait plaisir, poursuit l’entraîneur adjoint,  Simon Mannix. On continue de progresser, on est sur la lancée de ce qu’on fait  sur les deux derniers mois. Une conquête qui domine, des qualités individuelles…  Ça donne un petit plus de confiance à l’équipe.» Même si le plus dur sera de  «confirmer». «Le challenge pour nous, c’est de continuer avec cet appétit dans  le jeu dès vendredi à Colombes, conclut le Néo-Zélandais. Confirmer, c’est la  marque des grandes équipes.»