Incidents de Nîmes-Istres: dossier à l'instruction jeudi, convocation en vue

© 2010 AFP

— 

L'instance disciplinaire de la FFF mettra dès jeudi le dossier des incidents de Nîmes-Istres (3-2), en Coupe de France, à l'instruction et décidera d'une convocation "d'ici à 15 jours-3 semaines", a indiqué lundi à l'AFP le directeur juridique de la FFF Jean Lapeyre.

Le dossier va être mis à l'instruction car, "devant des faits de cette nature, il faut chercher plus loin pour établir la réalité des évènements et les responsabilités", a-t-on précisé de même source.

L'éventail des sanctions comprend, entre autres, matches à huis clos, suspension de terrain, exclusion de la compétition en cours, exclusion de la compétition pour la saison suivante, ou même retrait de points en championnat, même si les faits ont eu lieu dans une Coupe puisque le match opposait deux équipes de même niveau (L2 dans le cas présent).

Au coup de sifflet final de la rencontre, remportée 3-2 par Nîmes à domicile vendredi, le portier d'Istres, Michaël Ménétrier, 32 ans, a été agressé par cinq supporteurs locaux ayant pénétré sur la pelouse. Une bagarre a alors éclaté entre eux et des joueurs d'Istres venus soutenir leur gardien.

"Je désapprouve totalement ce qui s'est passé et j'ai présenté mes excuses aux dirigeants istréens", avait déclaré à l'AFP Jean-Louis Gazeau, président du Nîmes Olympique.

"Cela n'aurait jamais dû arriver. Le service d'ordre était suffisant mais il est incontestablement intervenu trop tard", a-t-il estimé, ajoutant que les dirigeants du club étaient en train d'étudier les bandes vidéo pour identifier les fautifs, notamment l'auteur d'un coup de pied porté à Michaël Ménétrier, afin de porter plainte contre eux.

Le club s'attend à être sanctionné mais pas sur le résultat sportif, dans la mesure où l'incident est survenu alors que le match était terminé.

Réunis à Paris lundi, les membres du Conseil national de l'éthique sont revenus sur les graves incidents à l’occasion des 7e et 8e tours de Coupe de France, et particulièrement lors de Nîmes-Istres, mais aussi sur ceux moins médiatisés des matches US Tourcoing/Viry-Châtillon et Lons-le-Saunier/Marcy-Charbonnière.

Le CNE a ainsi encouragé "les instances idoines à continuer d'adopter la plus grande sévérité contre les comportements qui salissent l’image de la Coupe de France et du football en général".

La Coupe de France, "qui est la plus emblématique, la plus convoitée et la plus médiatisée des compétitions organisées par la Fédération, doit à tout prix être protégée de la bêtise et de la violence affichées par quelques individus", a conclu le CNE dans un communiqué.