Coupe du monde: L'énigme Kaka

MONDIAL2010 Moins fort dans le jeu, le Madrilène reste indispensable pour Dunga en sélection...

Antoine Maes

— 

Le Brésilien Kaka lors d'un entraînement à Durban le 28 juin 2010.
Le Brésilien Kaka lors d'un entraînement à Durban le 28 juin 2010. — REUTERS/Yves Herman

De notre envoyé spécial à Johannesburg,

«OQJF?». «O que Jesus Faria?». «Que ferait Jésus à ma place?». C’est ce qui est inscrit sur le bracelet que porte Ricardo Kaka. Cette question ne le quitte jamais, et c’est quasiment la seule qu’il se pose. Les autres, la presse brésilienne se charge de les lui poser. Pourquoi est-il moins bon depuis un an et son arrivée au Real Madrid? Pourquoi pense t-il que Dunga continue à lui faire une confiance aveugle? «La Seleçao pourra compter sur moi, si Dieu le veut». C’est un peu court, mais les voies du Seigneur sont impénétrables, même pour les plus fins limiers du Brésil, micros et carnets de note en main.

«J’avais juste la rage de vaincre»
Pour le moment, on n’a pas vu grand-chose de l’ancien milanais. Une première partie d’une pauvreté terrible contre la Corée du Nord (2-1). Une deuxième un peu plus en rythme contre la Côte d’Ivoire (3-1), sans toutefois atteindre des sommets. Et une expulsion totalement injustifiée, surtout quand on connaît Kaka, plutôt du genre à tendre l’autre joue. Baffer un adversaire, Kader Keita en l’occurrence, c’est sûrement la pire chose qu’on peut lui reprocher. «Si j’avais fait quelque chose d’irresponsable, alors je serai venu devant vous, et je me serai excusé. J’ai juste joué un match normal, qui s’est terminé par une expulsion. Le premier carton est justifié, pas le deuxième. Je n’étais pas énervé, j’avais juste la rage de vaincre», a expliqué Kaka au confessionnal.

«Il n’a pas montré le moindre signe de nervosité»
Peut être même la rage tout court. Car Kaka est frustré. Dans un Brésil dont le point fort est la défense, il est chargé de faire planer le danger sur la défense adverse, avec Robinho et Luis Fabiano. Longtemps gêné par ses adducteurs, il a tout de même un mal fou à retrouver son vrai niveau. Ca n’inquiète pas Dunga, qui est visé à travers les critiques qui visent les performances de son meneur de jeu. Après la victoire contre les Ivoiriens, le sélectionneur a défendu sa star. «Chaque personne a son propre point de vue, mais je pense que Kaka a joué un match équilibré. Je réitère ce que j'ai dit, Kaka n'a pas montré le moindre signe de nervosité». Et s'il montrait quelques fulgurances lundi?