Le journal des Bleus: Une commission parlementaire sur les Bleus?... Nicolas Sarkozy décale un rendez-vous pour regarder le match...

FOOT Suivez l'actualité de l’équipe de France en temps réel...

B.V.

— 

Marc Laffineur, vice-président (UMP) de l'Assemblée nationale.
Marc Laffineur, vice-président (UMP) de l'Assemblée nationale. — AFP

Cet article est mis à jour en temps réel. Pour rafraîchir, cliquez-ici

Mardi 22 juin

Nicolas Sarkozy zappe la Suisse

Nicolas Sarkozy sera mardi à 16h devant sa télévision à l'Elysée pour suivre France – Afrique du Sud. Selon son agenda hebdomadaire rendu public vendredi, le chef de l'Etat devait recevoir la présidente de la confédération helvétique, Doris Leuthard, à 17h heure du début de la seconde période. Mais cette entrevue a été reportée au 21 juillet… en plein Tour de France.

Jean-Louis Valentin au 20 heures de TF1

Le Directeur général délégué de l'équipe de France pourra vider son sac mardi soir sur TF1. Invité du 20 heures de Laurence Ferrari (soit deux heures après la fin du match des Bleus), Jean-Louis Valentin pourra expliquer exactement le déroulement de la journée de dimanche et les raisons de sa colère lors que les joueurs ont décidé de ne pas s'entraîner. Il avait alors déclaré "Je n'ai rien à faire ici, je rentre à Paris. Je démissionne."

Une commission d'enquête parlementaire sur les Bleus?

Les Bleus vont devoir régler des comptes. Le vice-président UMP de l'Assemblée nationale, Marc Laffineur, a demandé mardi la création d'une commission d'enquête parlementaire sur la Fédération française de football. "J'ai demandé", lors de la réunion du groupe UMP à l'Assemblée nationale, "une commission d'enquête sur la Fédération française de football et sur son fonctionnement. Comment peut-on arriver à un tel niveau de risibilité et que la France soit humiliée dans cette affaire ?" a-t-il lâché mardi. "On en a parlé, c'est en train de mûrir".

La lutte des classes dans le football, vue par Vikash Dhorasoo

Sur son blog du monde.fr, Vikash Dhorasoo condamne certes les récents événements, mais appelle aussi les joueurs à poursuivre cette révolution. "C’est fou, c’est aberrant, mais maintenant c’est parti, et il faut aller jusqu’au bout. Pas au bout de la Coupe du monde, puisque c’est certainement trop tard, mais au bout de votre connerie, de vos conneries." Et ce afin de récupérer le droit d'avoir une opinion. "Nous, les footballeurs ultra-médiatisés et grassement payés pour avoir juste le droit de fermer nos gueules, de se faire détester et insulter en cas d’échec par une opinion publique toute entière influencée par les médias, L’Equipe en tête."
Pour l'ancien milieu de l'équipe de France, les raisons de cet échec sont profondes et ancrées dans la société française. "Le problème, c’est qu’en dehors de la Coupe Du Monde, ces mecs là, on leur promet le kärcher et une répression sans pitié. Il n’y aurait pas un petit lézard ? Le foot français est un foot de ghetto, aussi clivé que le reste de la société. Les banlieusards sur le terrain, les énarques et les chefs d’entreprise aux commandes. Et les vaches sont bien gardées". Avant, en quelques sortes, de dédouaner les joueurs de leur obligation de répresentation. "Les footballeurs ne sont pas des professionnels de la représentation nationale. Ils n’ont aucune obligation à être des exemples pour les plus jeunes, ils n’ont aucune obligation à se battre pour l’honneur de la nation. Qui, du reste, pourrait l’être à cet âge - 20 ou 25 ans ? Ils sont issus de quartiers populaires, assez souvent désoeuvrés".

Sébastien Chabal montre la voie


Il ne leur manquait sans doute plus que ça. Après la leçon de morale de Roselyne Bachelot lundi soir, les Bleus ont droit ce mardi à un édito bien senti du rugbyman Sébastien Chabal, sélectionné à 55 reprises en équipe de France. Extraits. «Un maillot, c’est bien plus que des couleurs. Un maillot, c’est une histoire. C’est aussi des hommes et des femmes qui œuvrent dans l’ombre, sans aucun espoir de reconnaissance. C’est encore des supporters qui payent cher pour pouvoir nous encourager. Nous, leur équipe. Un maillot, c’est enfin ces enfants qui ont les yeux qui pétillent quand ils voient leurs idoles être performants ensemble, en équipe.» Avant une conclusion pas tendre avec les Bleus: «Petit, le sport n’est qu’un jeu. Une fois grand, c’est cet état d’esprit d’enfant qu’il faut préserver. Je crains qu’en Afrique du Sud, d’autres Bleus l’aient oublié...»

Aimé Jacquet est touché

Dans un entretien accordé à France Soir, l’ancien sélectionneur de l’équipe de France se montre très touché par les récents événements. «J'ignore ce qui se passe réellement au sein du groupe. Une chose est certaine: une victoire n'enlèverait rien à ce qu'ils ont fait.»

Un avion prévu directement après le match

Ils ont beau dire le contraire, il semble évident que les Français n’y croient pas du tout. En effet, selon une information Canal+, un Boeing 747 affrété par la Fédération française de football serait prêt à décoller dès l’officialisation de l’élimination de l’équipe de France. Les Bleus pourront donc regagner Paris sans passer par leur camp de base de Knysna, en subissant une petite punition: un voyage en classe éco avec une escale sur le sol africain.