Fauvergue a joué son dernier match avec le RCS

— 

La grimace après le sourire. Contre Nîmes, Nicolas Fauvergue a inscrit, vendredi soir, son treizième but en Ligue 2. Une nouvelle fois, c'est Quentin Othon qui lui a déposé, d'une passe lobant le portier gardois Haidar Al-Shaïbani, le ballon sur la tête. L'attaquant prêté par Lille a levé les bras pour célébrer cette réalisation (27e). Ce sera sa dernière sous le maillot du RCS.
Car cinquante minutes plus tard, c'est le visage grimaçant qu'il a quitté le terrain, une main sur la cuisse droite. Victime d'une lésion à l'adducteur, il ne participera pas aux trois dernières rencontres de Ligue 2. Une déception pour lui et un sacré handicap pour le Racing. Car sans Nicolas Fauvergue, l'attaque strasbourgeoise tique.

« Nicolas a envie de jouer en L1 »
« On a déjà dû jouer sans Nico et on a pris des points. Peut-être pas autant qu'avec lui », avoue Pascal Janin. Lors de la dernière blessure du Nordiste, le Racing n'a pris que 5 sur 15 possibles. « J'espère que certains sauront profiter de cette occasion pour s'illustrer et nous aider à faire des résultats », conclut l'entraîneur strasbourgeois.
L'autre mauvaise nouvelle est venue de Jean-Claude Plessis. Le président strasbourgeois n'a pas levé l'option d'achat de l'attaquant (1 million d'euros). « La date butoir était le 30 avril et nous ne sommes pas encore sauvé. Pour le garder, il aurait fallu remonter, avoue le « Prési ». On en a parlé ensemble. Il a envie de jouer en L1, il a le niveau. Lui et sa femme se plaisent à Strasbourg. Les supporters l'apprécient. Mais il pense à sa carrière. C'est normal »F. H.