Geoffroy Lequatre: «J'arrive dans l'équipe d'Armstrong sur la pointe des pieds»

INTERVIEW Le rouleur français courra la saison prochaine au côté du texan, sous les couleurs de RadioShak...

Propos recueillis par Romain Scotto

— 

Le coureur français Geoffroy Lequatre, le 11 mars 2009 sur Paris-Nice.
Le coureur français Geoffroy Lequatre, le 11 mars 2009 sur Paris-Nice. — P.Pavani/AFP

Contraint de trouver un nouvel employeur après la disparition d’Agritubel, Groffroy Lequatre roulera au côté de Lance Armstrong l’année prochaine chez RadioShak. Le spécialiste des classiques, passionné de mode, a séduit le manager de l’équipe, Johann Bruyneel, par son profil et ses résultats, plus que par sa ligne de vêtements.

Comment s’est fait le rapprochement avec RadioShak? Comment se sont déroulées les négociations?
Ça s’est fait normalement par l'intermédiaire de mon manager. Ça s’est bien passé, tout c'est fait très rapidement pendant la semaine du championnat du monde. J’étais prêt à changer d’équipe pour partir à l’étranger. Cette équipe qui m’a donné cette chance de suite. Je l’ai prise rapidement. Ils ont eu confiance en moi.

Lance Armstrong en personne, ne vous a pas contacté?
Non, ce n’est pas lui qui m’a contacté. C’est simplement mon manager qui était en contact avec celui de l’équipe RadioShak, c'est-à-dire Yohann Bruyneel.

Vous avez échangé quelques mots avec Armstrong depuis?
Non, non, je l’ai aperçu à la présentation du Tour et il était très occupé. Je crois qu’on se croisera en stage d’ici cet hiver. Cette année, je l’ai croisé sur le Tour, comme tout le monde. C’est quelqu’un qui est très pris. Il était ouvert cette année, on a échangé trois-quatre mots. Je trouve que c’était sympa, mais pour l’instant je ne le connais pas plus.

Vous pensez qu’il peut gagner le Tour l’an prochain comme il le prétend?
Je ne sais pas. Il est trop tôt pour le dire. En tout cas il y va pour.

Quel sera votre rôle au sein de l’équipe?
Je vais avoir un rôle à jouer dans les classiques du début de saison. J’aime bien les classiques belges. Le Tour? On ne va pas en parler pour l’instant. C’est au mois de juillet. Avant, il y a toute la première partie de la saison à gérer. Savoir comment mon intégration va se passer.

A ses côtés, Lance Armstrong a souvent eu un ambassadeur français sur le Tour (Déramé, Robin, Vasseur)…
Je ne sais pas, c’est à eux de voir. Je suis le successeur de personne. J’arrive dans cette équipe pour voir comment ça se passe, prendre mes marques. Pour moi, c’est une nouvelle aventure et je n’ai pas envie de me projeter.

En tant que passionné de mode, vous allez aussi dessiner les futurs maillots de l’équipe?
(rires) Non, non, bien sûr que non. Armstrong a tous ses contacts et ses contrats. Moi, j’arrive dans cette équipe sur la pointe des pieds. Moi, je suis là pour faire du vélo. Ma marque, je la développe personnellement de mon côté. C’est ma passion. J’en profite quand je suis en course à droite à gauche pour faire quelques design, voilà.