Le président nantais remplit ses placards

David Phelippeau

— 

Samedi matin, il fallait non pas consulter le site officiel du FCN pour découvrir le nouvel organigramme du club, mais acheter Ouest-France. La plupart des informations dévoilées étaient toutefois connues depuis longtemps. Notamment celle du « faux départ » de l'ex-directeur technique Christian Larièpe. Ce dernier quitte son poste mais devient consultant extérieur avec pour mission de repérer des jeunes en France et à l'étranger. Le congédier constituait-il un trop gros aveu d'échec pour Waldemar Kita ? Ou le président nantais est-il un homme « fidèle » - comme le répète Pascal Praud - ?

C'est Gilles Favard qui profite de la sortie de Larièpe. Celui qui a pris en charge le recrutement cet été devient le « conseiller » du président. Il ne sera pas salarié du club. Pour mémoire, cet ex-collaborateur de Claude Bez (président des Girondins de Bordeaux dans les années 1980) avait été condamné à de la prison avec sursis en 1998 dans le cadre d'une affaire d'escroquerie à la billetterie lors de la Coupe du monde en France. De son côté, Claude Robin (68 ans) reste directeur général délégué du club, mais son rôle est redéfini. Il va chapeauter l'ensemble de la cellule recrutement, dans laquelle viennent se greffer Alain Merchadier (57 ans), ancien joueur de l'AS Saint-Etienne, et Krzysztof Frankowski (50 ans), ex-défenseur du FCN. Un autre homme profite du jeu de chaises musicales. Franck Kita prend du galon et devient directeur général aux côtés de Pascal Praud, non visé par le remaniement annoncé par Kita père. L'extension des prérogatives de Kita fils présagerait-elle d'un départ de l'ancien journaliste de TF1 ? Non, Kita se veut « un homme fidèle ». W