Mecha Bazdarevic: «J'échangerais bien Lisandro contre Ljuboja»

INTERVIEW Mecha Bazdarevic, l'entraîneur qui a fait monter Grenoble en L1, puis a permis son maintien l'an dernier, ne parvient plus à faire gagner son équipe. Après cinq journée, le GF38 affiche un zéro au compteur contre dix points la saison dernière. Pas de quoi tout remettre en question...

— 

 Mecha Bazdarevic, l'entraîneur de Grenoble, le 13 décembre 2008
 Mecha Bazdarevic, l'entraîneur de Grenoble, le 13 décembre 2008 — P.Emile/SIPA
Qu’est-ce qui a changé par rapport à l'an dernier?
Pas grand-chose, on a presque le même effectif. Mais on a eu beaucoup de blessés et cinq ou six joueurs étaient absents lors de la préparation (Daisuke Matsui et Sofiane Feghouli notamment, ndlr). Cinq ou six joueurs en moins, pour une équipe comme la nôtre, c’est beaucoup. Après, je trouve qu’au niveau du jeu, c’est meilleur que l’an dernier, mais on a eu un gros manque de réussite. Par exemple, lors du match face à Bordeaux, on méritait de gagner.
 
Pensez-vous que le manque de résultats est en partie lié au départ du gardien et capitaine Grégory Wimbée?
Grégory est un grand gardien qui nous a beaucoup apporté, mais je ne pense pas que ce soit ça. Si, lorsqu’un gardien s’en va, rien ne fonctionne, il faut arrêter le football. Si on raisonne comme ça, c’est peut-être le départ de Maxence Flachez (défenseur du GF38 à la retraite, ndlr) qui est le problème…
 
Au vu de vos mauvais résultats, avez-vous changé quelque chose?
Si on change tout à chaque fois qu’on perd cinq fois d’affilée, on s’en sort pas. C’est sûr, on essaie de travailler certains aspects, de les corriger. Mais vous savez, j’aimerais bien échanger Lisandro ou Gomis contre Ljuboja.

Propos recueilli par Matthieu Payen