Gironde : Lancement ce mercredi des championnats du monde de boomerang

COMPETITION Du 17 au 25 août, près de 100 lanceurs, dont 25 Français, vont s’affronter sur le domaine viticole du Château de Moulerens, à Gradignan

20 Minutes avec AFP
Des boomerangs (illustration).
Des boomerangs (illustration). — Rafael Ben-Ari/Chameleons Eye/Newscom

Les lanceurs vont pouvoir s’en donner à cœur joie en Gironde. Les championnats du monde de boomerang démarrent ce mercredi à Gradignan, dans la banlieue de Bordeaux, pour dix jours de compétition, après une édition annulée en 2020 en raison de la pandémie de Covid-19.

Pour cette 19e édition, près de 100 lanceurs, dont 25 Français, s’affronteront sur six épreuves en équipe et autant en individuel du 17 au 25 août, sur le domaine viticole du Château de Moulerens, à Gradignan. « Nous avons une équipe de France solide, expérimentée, et allons essayer de renouveler l’exploit de 2004 », où la France avait terminé à la 2e place lors d’une édition organisée à domicile, avance Olivier Chelmas, membre du Comité national boomerang (CNB).

Un objet pouvant atteindre 100 km/h de vitesse instantanée

Ce sport insolite de plein air, né aux États-Unis dans les années 1970, compte actuellement en France entre 200 et 250 licenciés dont c’est l’activité sportive principale, et près de 1.000 en loisir, et dépend de la Fédération française de vol libre (FFVL), qui encadre également les clubs de deltaplane, parapente, kitesurf ou encore cerf-volant. En forme de « banane » (bipale), tripale ou multipale, fait de plastique coloré, parfois de carbone ou de fibre de verre, un boomerang peut atteindre « 100 km/h de vitesse instantanée » sur certaines épreuves, selon Olivier Chelmas.

« C’est un sport pas facile, il faut beaucoup d’expérience pour "performer" et il y a aussi beaucoup de frustration, car on n’est pas maître des éléments : le vent bouge, varie, les conditions sont différentes d’un jour à l’autre », prévient ce champion d’Europe en titre chez les plus de 50 ans. Un milieu également « masculin et vieillissant », toutefois, c’est la lanceuse Marie Appriou, une Bordelaise de 24 ans, qui est championne du monde dans la catégorie sénior féminine, sur les six épreuves individuelles combinées.

Les Japonais absents

Au total, treize nations seront représentées : la France, mais aussi les Etats-Unis, Brésil, Australie, Allemagne, Suisse, Pays-Bas, Suède, Angleterre, Espagne, Italie, ou encore l’Inde et l’Indonésie, des nations « émergentes ». Le Japon, parmi les favoris de la compétition, n’a par contre pas pu se déplacer compte tenu des restrictions sanitaires toujours en vigueur sur l’archipel.

En 2018, les épreuves s’étaient déroulées à Albuquerque, dans l’Etat du Nouveau-Mexique aux Etats-Unis. Les prochains organisateurs des championnats d’Europe et du monde seront décidés dans la semaine.