PSG : Les drôles de likes de Neymar après le penalty manqué de Mbappé contre Montpellier

FOOTBALL Le Brésilien, auteur d'un doublé lors de la victoire contre Montpellier (5-2), a été moins brillant sur les réseaux sociaux pendant la nuit

J.L.
— 
Neymar et Mbappé déjà en tension à cause d'une histoire de penaltys ?
Neymar et Mbappé déjà en tension à cause d'une histoire de penaltys ? — STEPHANE DE SAKUTIN / AFP

Le retour du penalygate cinq ans après ? Cavani n’est plus là pour réclamer le ballon à Neymar, mais le PSG sait toujours se mettre dans des positions impossibles. Pourtant, sur le terrain, tout a semblé clair contre Montpellier. Intronisé tireur numéro 1, Mbappé s’est d’abord loupé dans la lignée de sa soirée compliquée, et Neymar a pris le relais dans son style caractéristique pour transformer le deuxième penalty accordé aux Parisiens au Parc des Princes (5-2). Le changement de tireur en cours de match, un procédé largement utilisé après un premier échec.

Sauf que le PSG n’étant pas n’importe quel club, Neymar - où son équipe de com, mais à ce niveau de notoriété, on ne peut pas se cacher derrière son petit doigt - a trouvé le moyen de faire le malin sur les réseaux. En cause, trois likes apposés avec son compte officiel sur des tweets douteux issus de comptes de fans du numéro 10 brésilien.

» « Aujourd’hui, dans le match du PSG, Neymar a marqué et humilié le gardien (encore une fois) sur penalty. Mbappé, en revanche, a très mal frappé et a raté. Après le match, l’entraîneur a déclaré que Mbappé serait le principal frappeur de l’équipe pour la saison. Une absurdité ! »


» « Maintenant c’est officiel, Mbappé tire les penaltys au PSG. Clairement, c’est une affaire de contrat, car dans aucun club au monde, Neymar serait le deuxième frappeur, aucun ! Mais il paraît qu’à cause de son contrat, Mbappé est le patron du PSG »


Voilà qui ne manquera pas de faire très plaisir à son équipier français quand ce dernier, qu’on sait très susceptible, prendra connaissance des activités nocturnes du Brésilien. Deux victoires, dix buts marqués, et déjà une polémique dans le vestiaire. Bienvenue à Paris, Christophe Galtier.