« Ça va à l’encontre de l’équipe de France »… Deschamps déplore les sifflets envers Jonathan Clauss

FOOTBALL Pour sa première titularisation sous le maillot bleu, le nouvel international est passé par toutes les émotions

François Launay
— 
Equipe de France : Le débrief express de France-Afrique du Sud (5-0) — 20 Minutes
  • Jonathan Clauss a vécu une drôle de soirée mardi soir en équipe de France.
  • Le joueur du RC Lens a été sifflé en première mi-temps par une partie du stade Pierre Mauroy, l’enceinte habituelle du Losc.
  • Didier Deschamps a déploré ces agissements.

Des huées à l’ovation, quoi qu’il arrive Jonathan Clauss n’est pas près d’oublier sa première titularisation en équipe de France. Joueur du RC Lens, le néo-international a démarré la rencontre contre l’Afrique du Sud sur la pelouse du  Losc, le grand rival régional des Sang et Or.

Une rivalité qui s’est invitée dès l’avant-match. Dans la nuit de lundi à mardi, son portrait affiché devant le stade Pierre Mauroy a été le seul à être tagué. Puis, lors de l’annonce de la compo des équipes, son nom a été copieusement sifflé. Même chose en début de match lorsque dès que Clauss touchait le ballon, il était hué par une bonne partie du public. Une réaction qui n’a pas du tout plu à Didier Deschamps.

Il a retourné la situation

« Je trouve regrettable, pour ne pas dire plus, ce qui s’est passé en première mi-temps. Ça va à l’encontre de l’équipe de France. Mais au fil du match, ceux qui ont manifesté bêtement par des sifflets, ça s’est atténué de par ce qu’il faisait sur le terrain. C’est son mérite », a lâché le sélectionneur.

Et pour cause, Jonathan Clauss a réussi à retourner la situation grâce à sa belle performance. Dès la première période, une autre partie du public l’a encouragé pour atténuer les sifflets. Au retour des vestiaires, les huées se sont même estompées et Clauss a fini par sortir en fin de match sous une magnifique ovation du stade Pierre Mauroy. Un choix calculé de Didier Deschamps.

« Ce ne sont pas des supporters ces personnes-là »

« C’est pour ça aussi que je l’ai sorti. Je préfère voir l’ensemble du stade applaudir. Je peux comprendre la rivalité entre les clubs mais, moi, je fais en sorte de créer une unité avec des joueurs qui viennent d’horizons différents. Ce ne sont pas des supporters ces personnes-là (qui sifflent). Ça n’a pas de sens, ça n’a pas de place. D’ailleurs, le fait d’en parler, c’est leur donner de l’importance », a poursuivi le sélectionneur.

Reste que Jonathan Clauss a sans doute marqué des points pour l’avenir durant cette drôle de soirée. Malgré ce contexte très particulier, le joueur de 29 ans a prouvé qu’il était bien plus qu’un simple joker. « ll a fait ce qu’il sait bien faire. Il a mis beaucoup de dynamisme, il est capable de défendre, il a été assez fréquemment en position de débordement. C’est ce que je lui ai dit : de ne pas jouer avec le frein à main. Jonathan n’est pas différent des autres, c’est un joueur parmi les 23 », a conclu Deschamps. N’en déplaise aux haters lillois, on devrait vite revoir Jonathan Clauss sous le maillot bleu.