PSG: les questions que l'on se pose

FOOT Entraîneur, président, propriétaire, tout pourrait changer…

M. Go.

— 

La commission de discipline de la LFP a un programme très chargé, jeudi, avec l'audition de dirigeants du Paris SG dans le cadre de l'affaire de la banderole anti-Ch'tis, la convocation de Johan Micoud pour une simulation lors de Bordeaux-Nancy et l'examen du cas Kombouaré après sa 3e exclusion en un an.
La commission de discipline de la LFP a un programme très chargé, jeudi, avec l'audition de dirigeants du Paris SG dans le cadre de l'affaire de la banderole anti-Ch'tis, la convocation de Johan Micoud pour une simulation lors de Bordeaux-Nancy et l'examen du cas Kombouaré après sa 3e exclusion en un an. — Jean-Christophe Verhaegen AFP/Archives

Le PSG n’est pas un club simple. Balloté, ces deux dernières saisons où il avait frôlé la relégation, le club parisien avait maintenu son entraîneur. D’abord par la volonté d’Alain Cayzac, un président historique à la recherche de stabilité malgré la morosité sportive, puis par l’envie de Charles Villeneuve de ne pas tout changer. Quatrième de la Ligue 1 à quatre journées de la fin cette saison, le PSG de Sébastien Bazin s’apprête à se séparer de Paul Le Guen. Mais sans doute aussi à changer de président, sans parler des rumeurs incessantes sur une hypothétique vente. Beaucoup d’inconnues pour un club serein.


Trouver un entraîneur...

 
La première urgence est de trouver un remplaçant au technicien breton. «L’annonce officielle de Paul Le Guen nous permet maintenant de chercher son successeur», a indiqué le club parisien mardi.  Un moment approché par le PSG, Didier Deschamps s’est engagé avec l’OM mardi. Du coup, c’est le nom d’Antoine Kombouaré, entraîneur de Valenciennes qui est revenu en force. Très ami de Paul Le Guen mais aussi d'Alain Roche (chargé du recrutement) avec qui il joue au golf, Kombouaré, ancien joueur du PSG entre 1990 et 1995, a déjà entraîné la réserve du PSG entre 1999 et 2003. Annoncé récemment à Rennes ou Monaco et sous contrat jusqu'en 2013 dans le Nord, il a traversé un hiver très difficile avec Valenciennes dont les résultats sportifs étaient décevants. Après quatre saisons et un bilan satisfaisant (dont une remontée en Ligue 1), l'ancien défenseur pourrait avoir envie de voir de nouveaux horizons, surtout qu'il espérait pouvoir jouer dans le nouveau stade de Valenciennes dès la saison prochaine alors qu'il ne sera livré qu'en 2010. Une démission pourrait arranger tout le monde. «Kombouaré est l'une des pistes mais il y en a beaucoup qui se dessinent», évoque-t-on du côté du PSG. L’entraîneur valenciennois était, lui injoignable mardi.


Et la direction...

Puisque la rupture entre le PSG et Le Guen s’est principalement jouée sur le champ de compétence de l’entraîneur, on se demande également à quel point le nouveau coach aura les mains libres (et notamment en matière de recrutement).  «La situation actuelle ne peut être que provisoire avec un président qui n'est pas tout à fait président (Sébastien Bazin), un directeur sportif qui ne l'est pas vraiment (Alain Roche)», indique Alain Azhar, auteur de l’enquête «PSG, ton univers impitoyable». Ce choix appartiendra de toute façon à la direction du PSG. Mais quelle direction? L'avenir de la présidence est pour le moment assez flou. Sébastien Bazin, l’homme de Colony Capital, a toujours affirmé que sa mission à la tête du club était provisoire. Un mystère qui serait résolu si le club change de propriétaire la saison prochaine puisque «RTL» révélait encore mardi que Charles Villeneuve et des associés du Golfe Persique auraient commandé un audit pour estimer la valeur du club. «Maintenant, il y a tout à refaire et ça risque d’être compliqué à l’intersaison. C'est vrai, je commence à être lassé de tout ça», a râlé Jérôme Rothen mardi soir. Quelle journée...