Furlan repart pour un Tour

— 

Ce qu'il y a de bien avec Jean-Marc Furlan, c'est qu'il a joué dans près d'un quart des clubs de L1 de L2. Il peut nourrir ses avants-matchs d'anecdotes. Et Tours ne déroge pas à la règle. D'ailleurs, l'équipe d'Indre-et-Loire est l'une de celles où il a passé le plus de temps de 1982 à 1985. « Je n'y ai que des bons souvenirs », avoue-t-il. Pourtant avec le TFC, il a connu deux descentes et une montée.

« Oui mais j'y ai rencontré des grands joueurs : Lacombe, Onnis... un président d'exception. La première descente, c'est une faute professionnelle de notre part. On avait l'effectif pour finir dans les dix premiers mais le groupe s'est scindé entre les pro-Onnis et les pro-Lacombe. A la seconde relégation, on avait une équipe sportivement inférieure, se remémore le technicien. En 1983, on avait sauvé notre saison avec une demi-finale de Coupe de France. » W

F. H.