Qui a dit? «Personne ne mettra une bille sur un boudin de 80 kg, à part la boucherie du coin»

NATATION Un indice: il aime marcher en claquettes au bord des bassins et les débardeurs jaunes qui font mal aux yeux...

A.P.

— 

Laure Manaudou, Alain Bernard et leurs acolytes sélectionnés aux Jeux ont débuté tranquillement l'Open de Paris en testant la configuration olympique, avec les séries l'après-midi, avant les finales mercredi matin.
Laure Manaudou, Alain Bernard et leurs acolytes sélectionnés aux Jeux ont débuté tranquillement l'Open de Paris en testant la configuration olympique, avec les séries l'après-midi, avant les finales mercredi matin. — Martin Bureau AFP

Vous l’avez reconnu. Il ne pouvait que s’agir de Philippe Lucas, l’ex-mentor de Laure Manaudou. Très en verve dans un entretien accordé mardi à «L’Equipe», l’entraîneur relativise la récente médiatisation de son sport. «La natation n’intéresse personne en France... Il y a eu une star: Laure Manaudou», synthétise Lucas.
 
 Et si Manadou attire les sponsors c’est surtout une question «d’image», avance la grande gueule de la natation. «Si vous mettez un boudin de 80 kg qui fait championne olympique du 100m brasse, personne ne va mettre une bille dessus, à part la boucherie du coin.» Les bouchers et les brasseuses apprécieront.

S’il est persuadé que son ancienne élève a toujours le potentiel pour battre des records du monde et gagner des titres, Philipe Lucas estime que Manaudou «n’aime pas s’entraîner», d’où son incapacité à se fixer avec un coach. «Regardez le Rital (Paulo Penso à Turin), son frangin, Horter, Barnier: ils ont tous fait un saut périlleux au bout de trois mois: moi, j’ai tenu cinq ans et demi: record du monde!» Et sans combinaison.