Seize blessés après la sortie de route d'une moto

CYCLISME L'accident a eu lieu à Orchies, pendant le Paris-Roubaix...

R.S., avec agence

— 

Le cycliste belge Tom Boonen, lors du Paris Roubaix, le 12 avril 2009.
Le cycliste belge Tom Boonen, lors du Paris Roubaix, le 12 avril 2009. — P.Rossignol/REUTERS

Seize blessés dont trois dans un état grave. Le bilan est lourd après la sortie de route accidentelle d'une moto sur la route du Paris-Roubaix, à hauteur d'Orchies, à 62 kilomètres de l'arrivée.

Pour revivre la course en live, cliquez ici...

«C'est une moto qui a percuté la foule, une moto de l'organisation de la course», précise le Codis (Centre opérationnel départemental d'incendie et de secours) de Lille qui précise que 15 victimes ont dû être évacuées, dont trois dans un état grave, notamment un enfant de 4 ans.

«Je ne pense pas qu'il y ait de pronostic vital engagé dans l'immédiat. Il faut voir l'évolution, mais a priori, on n'est pas inquiet quant à l'état des victimes», indique le colonel Bruno Moulart, commandant des opérations de secours sur l'intervention.

Face à une habitation

«La moto a fauché des spectateurs, a priori du même environnement familial, des grands-parents, des parents et des enfants. Trois victimes ont été évacuées par hélicoptère dans un état sérieux», précise-t-il. C'est une perte de contrôle de la moto, qui suivait le groupe de tête de la course, qui a causé l'accident, à la fin d'un secteur pavé, dans une sortie de virage», indique la gendarmerie de Valenciennes.

L'accident s'est produit face à une habitation. A priori, les spectateurs «sortaient de chez eux pour regarder passer les coureurs et rentraient chez eux pour suivre la course à la télévision», ajoute le colonel Moulart.

Deux hélicoptères, douze véhicules de pompiers

Les blessés devaient être acheminés vers les hôpitaux de Lille et Valenciennes, selon la gendarmerie. Deux hélicoptères, du Samu et des pompiers, des équipes du Samu et douze véhicules des pompiers se sont rendus sur les lieux de l'intervention, selon le Codis.