Accusé d'avoir frappé un supporter, Mourihno s'en tire bien

FOOTBALL L'entraîneur portugais de l'Inter Milan ne sera pas poursuivi finalement...

R.S., avec agence

— 

Le Portugais José Mourinho, arrivant à l'aéroport de Manchester le 9 mars 2009.
Le Portugais José Mourinho, arrivant à l'aéroport de Manchester le 9 mars 2009. — P.Nobel/REUTERS

José Mourinho retombe toujurs sur ses pattes. L'entraîneur de l'Inter Milan, accusé d'avoir frappé un supporter de Manchester après un match de Ligue des champions en mars dernier, échappera finalement à toute poursuite.

Le fan de MU avait affirmé avoir été frappé au visage par «The Special One», après la victoire des Mancuniens faec aux champions d'Italie, en 8e de finale de la Ligue des champions le 11 mars.

Pas de poursuite du plaignant

L'altercation, au cours de laquelle l'homme n'aurait pas été sérieusement blessé, aurait eu lieu près du bus de l'Inter peu avant minuit. Mais la police de Manchester, qui a visionné des images de vidéosurveillance, a décidé de classer l'affaire. «Le plaignant ne souhaite pas poursuivre et, après examen, la décision a ainsi été prise de ne pas aller plus loin», précise la police. Mourinho l'a dit lui-même, pour l'atteindre, il faut le tuer.