Reims-PSG : Public conquis, adversaires en pâmoison… La magie Messi opère déjà

FOOTBALL Lors de ses débuts en Ligue 1, dimanche soir à Reims, Lionel Messi n’a pas eu besoin de forcer son talent pour séduire même ses adversaires

Nicolas Stival
— 
Lionel Messi pose avec l'enfant du gardien de Reims Predrag Rajkovic après la victoire du PSG au stade Auguste-Delaune.
Lionel Messi pose avec l'enfant du gardien de Reims Predrag Rajkovic après la victoire du PSG au stade Auguste-Delaune. — Dave Winter / Sipa
  • Lionel Messi est entré à la 66e minute de Reims-PSG (0-2) dimanche soir, pour faire ses premiers pas en Ligue 1.
  • Comme prévu, l’événement a dépassé de loin l’aspect sportif.

Lionel Messi par-ci, Lionel Messi par-là. Certains de nos lecteurs font part de leur courroux devant le battage médiatique autour de l’arrivée du meilleur footballeur de l’univers au PSG et donc, par ricochet, dans notre brave Ligue 1. Mais enfin…

Quel attaquant peut se vanter de voir le gardien de l’équipe d’en face (le Rémois Rajkovic) lui demander de poser pour une photo avec son enfant à la fin d’un match ? Quel joueur attire tel un aimant des adversaires, soucieux de l’étreindre comme s’ils voulaient vérifier qu’ils ne sont pas en train de rêver ? Franchement, on ne voit personne à part le génie argentin, sacré roi de la L1 ce dimanche à Reims (0-2), dès sa première sortie d’une demi-heure dans le championnat de France.

« C’est impressionnant, un joueur qu’on regarde depuis tout petit à la télé », a ainsi lâché le défenseur champenois Andrew Gravillon, qui aura des choses à raconter à sa progéniture lors des longues soirées d’hiver près de la cheminée. Le public du stade Auguste-Delaune, gavé jusqu’aux cintres, a scruté et salué tous les faits et gestes de l’ancienne idole du FC Barcelone, débarquée le 11 août à Paris avant qu’on ne comprenne vraiment ce qu’il se passe, du fait des déboires financiers du club catalan.

Echauffement à la carte

Remplaçant en début de match, l’Argentin de 34 ans ne s’est pas échauffé à la pause sur la pelouse comme ses collègues parisiens. Quand il a enfin quitté le banc pour gambader, à la 57e minute, tout le stade a grondé, et le roi de la soirée a salué la foule avec la gestuelle d’Elizabeth II. Et puis, à 22h09 ce dimanche 29 août 2021, l’Histoire s’est écrite sous les yeux embués des amoureux de la Ligue 1, des 20.000 spectateurs et de millions de téléspectateurs répartis dans plus de 200 pays.

Auteur d’un doublé, Kylian Mbappé venait tout juste de plier le match qui atteignait sa 66e minute. Un Neymar pas très fringant laissait sa place à son pote et bourreau de la finale de la Copa America. Tous deux n’avaient plus joué depuis ce fameux Brésil – Argentine (0-1), le 11 juillet, et ça s’est ressenti.

Sans forcer outre mesure, Messi, placé en soutien des attaquants, a touché 26 ballons, pris quelques « bouchons » et placé deux-trois accélérations. Dont celle de la 78e minute, lorsqu’il a piqué le ballon dans les pieds d’Abdelhamid, pour filer vers la surface rémoise et décaler Mbappé côté droit.

« Il a donné de la sérénité à l’équipe »

Ce dernier a tenté de retrouver la Pulga, sans réussite. « Il était bien, dès ses premières touches il a donné de la sérénité à l’équipe, a jugé son entraîneur Mauricio Pochettino. Même si c’est Messi, c’est bien pour lui de commencer par une victoire. C’était bon d’entendre le public l’acclamer, pas seulement nos supporteurs. Dans le groupe, Leo peut irradier une énergie, une personnalité. »

L’Argentin doit désormais rejoindre l’Albiceleste pour trois matchs des éliminatoires du Mondial 2022 au Brésil (contre le Venezuela, le Brésil et la Bolivie). Avant de faire ses grands débuts au Parc des Princes dans deux semaines contre Clermont. La folie Messi en Ligue 1 ne fait que commencer.