Tour de France 2021 : Pogacar s'impose à Luz Ardiden, Gaudu splendide mais repris. Revivez la 18e étape en live avec nous

CYCLISME Dernière étape de montagne, après ça le Tour de France 2021 sera quasiment terminé

X. R.
— 
Le Slovène Tadej Pogacar de l'équipe UAE Emirates, portant le maillot jaune de leader du classement général, célèbre sa victoire sur la ligne d'arrivée lors de la 18e étape du Tour de France cycliste, le 15 juillet 2021 .
Le Slovène Tadej Pogacar de l'équipe UAE Emirates, portant le maillot jaune de leader du classement général, célèbre sa victoire sur la ligne d'arrivée lors de la 18e étape du Tour de France cycliste, le 15 juillet 2021 . — Thomas SAMSON / AFP

 

18h38: C'est la fin de ce live, merci de nous avoir suivi. Je vous laisse avec le récap des classements, à demain pour la prochaine étape !

 

18h08: Le mec est malade comme un chien depuis 3 jours et continue de placer chaque sa petite attaque traditionnelle. Immense respect.

 

18h04: Pas mal pour Guillaume Martin qui s'est accroché aujourd'hui. Top 10 du général conforté, il faudra être sérieux au chrono samedi.

 

17h56: Sans un bruit, Valverde fait Top 10 de l'étape. on rêve tous d'avoir la même forme à son âge.

 

17h53: Cavendish rentre tranquillement dans les délais, il restait plus de 6 minutes. On devrait le voir en vert à Paris.

17h52: Notre héros du jour, David Gaudu : « Le Tourmalet c'est une de mes ascensions préférées, on avait un plan en tête, prendre du temps et attaquer de loin car Pogacar et Vingagaard sont meilleurs que moi sur le sprint de fin. Malheureusement ça n'a pas fonctionné. Il y avait énormément de vent de face dans la descente, mais on a aucun regret, on a fait de belles étapes dans les Pyrénées. On est plus que 4 dans l'équipe, donc on avait à coeur de briller. Il nous reste une petite chance avec Stefan Küng pour le chrono. »

17h49: Réaction de Pogacar, qui en a presque rien à foutre d'avoir gagné : « ça s'est fait comme ça, je n'y pensais pas vraiment. C'est fou ce qui m'arrive, encore plus que l'année dernière. C'est vrai que les jambes n'étaient pas à 100%, le Tourmalet ça a été pénible, mon coéquipier m'a aidé, à la fin j'ai retrouvé un peu d'énergie pour le sprint. »

17h43: Alaphilippe tape la discute avec Macron, on est revenu en 2019.

17h35: On râle et on émet des doutes sur Pogacar mais quand Vingegaard, 2e du général, dit qu'il est bien content de sa deuxième place...

 

17h32: J'aimerais bien que les Ineos expliquent leur stratégie, ils ont roulé depuis le premier kilomètre comme si ils avaient le maillot jaune et Carapaz a pas été foutu de place une demi-attaque. 

 

17h23: Excusez le peu d'enthousiasme mais bon, quand on voit la facilité avec laquelle le maillot jaune a rebouché le trou sur Mas avant de le sauter dans le même mouvement, et aucune attaque des autres alors qu'il a cinq minutes d'avance... 

17h22: Pogacar passe la ligne et prend le maillot à pois. Vingegaard garde sa deuxième place au sprint sur Carapaz.

500 m: Pogastrong est parti en mode fusée, plus personne derrière lui.

700m: ATTAQUE D'ENRIC MAS !!!! Pogacar en contre !!!!

1,9 km: Enric Mas a pris un éclait mais profite d'un mini-replat pour recoller.

2,4 km: What a view.

 

3 km: Il ne reste que Vingegaard, emmené par Sepp Kuss, Enric Mas et Carapaz avec Pogacar. Un groupe O'Connor est plus loin.

3,3 km: Pogacar accélère en tête du groupe, il n'en reste que 6 ou 7 avec lui. Mais 0 vibration dans ce montée, qu'on se le dise...

4,2 km: C'est mort et enterré pour Gaudu, obligé de collaborer avec Lutsenko à 150m du groupe maillot jaune.

5,4 km: Majka passe devant les Ineos et emmène son leader Pogacar ! Le Slovène peut faire un carton plein au sommet...

 

6,2 km: Le groupe maillot jaune se réduit encore, Lutsenko joue à l'élastique et Wout Poels s'accroche pour prendre des points et sauver son maillot.

7,6 km: Le maillot jaune déplumé, deux coéquipiers en moins. Les Ineos toujours solides, Carapaz va tenter un truc ?

8,5 km: Tu dois apporter l'anneau jusqu'au Mordor Frodon !

 

9 km: Quoiqu'il arrive, Gaudu repartira avec un bouquet ce soir, et le dossard rouge demain matin.

9,5 km: Kwiatkowski reprend Gaudu. Le coureur FDJ, malin, se place à côté de Pogacar derrière les Ineos. Tout n'est peut-être pas perdu...

9,7 km: Le train Ineos accélère et a Gaudu en vue.

10,5 km: Woods distancé, adieu le maillot à pois pour lui. Le porteur actuel est pas dans un meilleur état mais est toujours dans le bon groupe.

11 km: Le coup de manivelle est toujours assez léger après 2 km de grimpette, écart stable. Mais bordel arrêtez de foutre vos drapeaux devant le nez des coureurs là, déjà qu'un supporter du Stade Toulousain a failli nous le mettre à terre dans le Tourmalet !

12,1 km: Allez ça monte maintenant pour Gaudu, le peloton est 20 secondes derrière. Faut tout donner pour monter au même rythme, mais ça semble mission impossible.

14,7 km: On est au bas de Luz Ardiden, mais Gaudu peut sentir le souffle du train Ineos et de Pogacar dans son cou.

20 km: Deux écoles de pensées. Soit Gaudu doit sprinter dans cette descente qui ne le favorise pas pour vite être dans la montée, soit attendre, monter un peu avec les leaders et ré-attaquer en espérant ne pas finir derrière Pogacar et Vingegaard. Il a choisi son option.

 

25,3 km: Vingegaard a testé Pogacar dans les dernières pentes du Tourmalet, ça promet une explication avant Luz Ardiden.

 

29,7 km: Descente à fond de train pour Gaudu qui a lâché Latour, pas très bon descendeur. Bon, au moins il a de la lecture du coup le coureur Total Energies, et 5000 balles en poche ça alourdit.

35,5km: Le sprint des deux Français en haut du Tourmalet, c'est Latour qui bascule le premier !

 

36 km: Latour emmène Gaudu, le journal entre les dents ! Non je me plante pas d'expression, il a vraiment la Dépêche du Midi dans la bouche.

36,7 km: Attaque de Woods, suivi par Poels ! Les deux se battent comme des chiffonniers pour le maillot à pois.

37,4 km: Sommet à 2 km ! Gaudu tient bon !

38 km: Rigoberto Uran a perdu le contact ! Le 4e du général en perdition.

38,7 km: Juju qui cale ! Terrible image du champion du monde, planté sur la route et dépassé sans autre forme de procès par Omar Fraille.

 

39,4 km: La tête reprend un peu le large, 40 secondes d'avance pour Gaudu, Alaf', Latour et Guerreiro. Il reste du chemin mais le Petit Prince de Bretagne a l'air en jambes.

40,4 km: Madouas s'est relevé, Gaudu en distance d'autres à la pédale. Omar Fraille et Alaphilippe restent dans la roue, mais gare au peloton qui est à peine 20 secondes derrière.

40,8 km: On est dans une brume épaisse et il reste encore 5,5 km d'ascension. Magique.

41,3 km: Le groupe Gaudu reprend le duo de tête, Alaf' s'est écarté pour se mettre dans les roues.

42 km: Bon clairement Gaudu est en mission.

 

42,6 km: On revit la victoire de Pinot en 2019 sur France 2, je vous cache pas que j'ai encore les larmes aux yeux.

44 km: Ineos fait un train énorme, ça ressemble plus à un gros fauteuil pour Pogacar qu'autre chose.

44,5 km: Madouas est venu aider Gaudu à remonter sur le groupe de contre, Quintana a déjà pété. C'est vraiment une vanne son Tour de France, le mec est rincé depuis l'entrée dans le Massif Central.

45,4 km: Allez là on commence à bouffer les gros pourcentages. Alaf et Mohoric ont une bonne minute trente d'avance sur le Maillot Jaune. Gaudu a lancée son propre petit contre avec d'autres grimpeurs, dont Quintana et Lopez. 

47 km: C'est tout bon pour Madouas, en repérages pour Gaudu. La FDJ nous prépare un joli coup.

48 km: Joli trio de contre avec Elissonde, Latour et Rolland, que Madouas essaie de rejoindre. La prophétie française en selle.

50,4 km: Cavendish lâché juste avant le panneau de début du Tourmalet, zéro effort le vieux. Trois Deceuninck l'attendent, on va monter les deux grands cols tranquille.

51,4 km: Attaque de Pierre... Latour !

52 km: Le duo de tête entame officiellement le Tourmalet, mais ça fait déjà un moment que ça grimpe en vrai.

53 km: On a raté une attaque de Pierre Rolland ! Alaf et et Mohoric sont seuls en tête.

55 km: On passe devant la plaque d'Eugène Christophe, qui avait cassé sa fourche en 1913 dans le Tourmalet et était passé lui-même par la forge pour la réparer à Sainte-Marie-de-Campan. Un autre cyclisme... 

56 km: Drôle d'histoire hier pour Philippe Gilbert et Chris Froome, qui ont perdu 30 minutes pour quelque chose de bien plus beau que terminer dans les temps : sauver un cyclo victime d'une grosse chute dans la descente du col du Portet. Le coureur de classiques belge a raconté l'histoire à la RTBF.

 

58 km: Petit problème technique pour Pierre-Luc Périchon, qui doit donc laisser partir les autres échappés.

62 km: Les commentateurs ont un peu évacué ça en début d'étape, mais la police a fait une perquisition hier soir dans l'hôtel de la Bahrain-Victorious. On vous explique tout ici :

 

62 km: Les commentateurs ont un peu évacué ça en début d'étape, mais la police a fait une perquisition hier soir dans l'hôtel de l'équipe Bahrain-Victorious. On vous explique tout ici :

 

64,5 km: Trois Trek et deux autres bonhommes sortent du peloton pour rejoindre l'échappée. Faut dire qu'il n'y a qu'une minute d'écart, ce qui laisse peu de chances d'aller au bout.

65 km: Morkov a failli prendre des points à Cavendish tellement il l'amène bien. Colbrelli est venu avec beaucoup de retard dans la bataille.

66,7 km: Pas de baston entre les 4 échappés pour le sprint intermédiaire, ils passent en ligne, Alaf' le premier.

70 km: Suite à un gros travail d'investigation, je suis en mesure de vous annoncer que c'est notre Juju national qui a pris le seul point en jeu à Loucrup. (Merci les copains bien informés de l'Equipe)

74,6 km: Pour la deuxième journée de suite, la bascule au pire des moments, donc je suis bien incapable de vous dire qui est passé en tête dans la côte de Loucrup chez les échappés...

15h: Hellooooo !!! Je vois que ça a déjà bien bougé, et Alaphilippe est devant, ça fait plaiz' !

14h: Pas de panique, l'étape vient à peine de partir, vous pouvez faire une petite sieste digestive ou attendre un peu avant d'allumer la téloche. En attendant le début des explications, voici le résumé anticipé de l'étape :

Dans l'optique de défendre son maillot à pois, Wout Poels se lance dans l'échappée du jour, composée de sprinteurs en quête de points. Quintana et Woods le suivent, ces trois-là savent qu'ils n'ont aucune chance à la régulière contre Pogacar. Au bout de 50 bornes, une deuxième petit groupe sort, celui des ambitieux frustrés et des Français en mal de victoires : Pierre Latour, Kenny Elissonde, Anthony Perez, Aurélien Paret-Peintre, David Gaudu. La présence du coureur de la Groupama dans ce petit groupe oblige les leaders à travailler. Alors que les membres de l'échappée pètent les uns après après les autres dans le Tourmalet, à l'image d'un Quintana livide, c'est une vraie équipe française qui collabore. Au diable leurs teams respectifs, la seule victoire tricolore d'Alaf' est un affront à laver. Perez et Gaudu se livrent quand même un petit duel pour passer en tête au Tourmalet, remporté par le coureur de la Cofidis.

Les deux se lancent dans les calculs pour arriver à un constat simple : si Gaudu l'emporte à Luz Ardiden, son compagnon de fortune peut quand même repartir avec le maillot à pois. Le pacte est scellé, les Français ont 4 minutes d'avance sur le Maillot Jaune dans la vallée. C'est très court. Latour, Elissonde et Paret-Peintre passent se passent les relais, au grand désespoir de leurs directeurs sportifs. Ils se relèveront pour assister leurs leaders dans les derniers kilomètres. 

C'est la journée des alliances contre-nature. Faire vaciller Pogacar, voilà tout ce qui compte, et quand le Slovène se retrouve esseulé après le Tourmalet, Vingegaard et Carapaz font tout pour l'essorer. Leur bataille attendra. Tour à tour, ils vont allumer des mèches pour faire craquer le vainqueur sortant. A deux kilomètres du sommet, trop tard pour créer un écart dangereux, il se décide à abdiquer. Pogacar reste en jaune et pense déjà à Paris. Où Anthony Perez portera le deuxième maillot le plus populaire du Tour.

Bonjour à toutes et à tous, bienvenue sur ce live de la dernière étape de montagne de ce Tour de France, et quelle étape ! Difficile de placer deux cols plus mythiques sur une même étape. Col du Tourmalet, Luz Ardiden, les coureurs ont rendez-vous avec l'histoire aujourd'hui. Celle de Thibault Pinot triomphant et rêvant du Maillot Jaune en 2019, celle du « regard de braise » entre Andy Schleck et Alberto Contador en 2010, et celles plus lointaines de Gino Bartali, Fausto Coppi, Eddy Merckx, Bernard Thévenet et Richard Virenque, tous passés en tête du Tourmalet à leur époque. Richard Virenque dont la grande histoire a commencé à Luz Ardiden, où s'est joué la première bataille entre Bernard Hinault et Greg LeMond, où Thomas Voeckler avait conservé son Maillot Jaune après avoir percuté une voiture dans la descente précédente... Quelque soit le vainqueur ce soir, il entrera dans la légende du Tour de France.

> Rendez-vous à 15h pour suivre ce chantier !