Les Sang et Or tiennent enfin la cadence chez un cador

— 

Un gros coup. Vainqueur hier soir à Metz (1-2) dans le choc des leaders, Lens se rapproche de son Graal : la remontée dans l'élite. S'il reste encore quatorze matchs à jouer en Ligue 2, les Sang et Or ont pris une option de choix pour revenir en L1. Premiers avec dix points d'avance sur Montpellier (4e), les hommes de Jean-Guy Wallemme ont fait le vide derrière eux. Et à moins d'un effondrement collectif, le destin artésien semble tout tracé. D'autant plus que les Lensois, souvent en difficulté face aux équipes de tête, ont battu hier un sérieux concurrent pour la montée. Une belle performance car les Messins restaient invaincus depuis cinq rencontres en championnat.

Pourtant, en Lorraine, les Sang et Or sont cueillis à froid par leurs dauphins. Mis sous pression d'entrée, ils se font peur quand Barbosa (10e) puis Renouard (12e et 23e) chauffent les gants de Runje. Dominé, Lens parvient à ouvrir le score sur sa première occasion grâce à une frappe contrée de Doumeng (33e). Un sans-faute au niveau du réalisme. A la reprise, Cissé d'une frappe croisée (50e) redonne l'espoir aux Messins. Mais les Lensois avaient enfilé hier leur costume de tueur et à la 66e Maoulida, servi involontairement par Dindane, douche de sang-froid les dernières illusions lorraines. Un travail de professionnel. ■ F. L.