Mourinho et Ferguson: amis en toute inimitié

FOOT Retrouvailles en Ligue des Champions...

Bertrand Tang

— 

 Alex Ferguson et Jose Mourinho, opposé en Ligue des Champions.
 Alex Ferguson et Jose Mourinho, opposé en Ligue des Champions. — REX / SIPA

«Je t’aime moi non plus». Cette chanson résume, à elle toute seule, la relation entre Jose Mourinho et Sir Alex Ferguson. Ils se retrouvent, mardi, dans un huitième de finale de feu entre Manchester United et l’Inter Milan.

«Manchester me rappelle beaucoup de bons souvenirs», a lancé l’entraîneur de l’Inter, viré de Chelsea 2007 à l’issue du tirage au sort. «Contre eux, j’ai joué tous mes premiers matchs importants.» Sir Alex Ferguson s’était aussi réjoui de revoir le Portugais, «un sacré personnage» selon lui. «Cela va être intéressant de retrouver Jose», sourit le coach de Manchester United.

Ironie du sort, leur histoire a également commencé lors d’un huitième de finale de Ligue des Champions en 2004, lorsque le FC Porto du quasi-inconnu Mourinho -futur vainqueur de l’épreuve- élimine contre toute attente le grand Manchester United de Ferguson.

Une relation faite de polémique

Du temps où le Portugais officiait à Chelsea (2004-2007), les deux entraîneurs régalaient la presse par des déclarations interposées et tapageuses. Pendant trois saisons, le «Special One» a reproché de temps à autre aux «Red Devils» de bénéficier de la mansuétude des arbitres.

Ainsi après un match de Coupe de la Ligue entre Chelsea et Manchester United en 2005, Jose Mourinho avait mis en cause l’attitude de Sir Alex Ferguson, qu’il soupçonnait d’avoir tenté d’influencer l’arbitre. «Sir Alex a été très intelligent, si vous pouvez dire ça, en mettant à la mi-temps la pression sur l’arbitre. En seconde période, c’était sifflet et sifflet, faute et faute, tricherie, tricherie et tricherie», a pesté, à l’époque, l’ancien manager de Chelsea. Réputé pour son franc-parler, Mourinho n’avait aussi pas hésité à qualifier les joueurs de Manchester de «tricheurs», «des spécialistes de la simulation» et son compatriote Cristiano Ronaldo de «menteur». Ferguson avait alors répliqué à son homologue adverse que c’était une «attaque sous la ceinture».

Ils partagent le vin ensemble

Pourtant, ils s’accordent un respect mutuel et une amitié sincère. «Ferguson est un ami, a assuré en début d’année le coach de l’Inter Milan. Entre nous, il y avait une tradition: après chaque rencontre, nous dégustions toujours un petit verre de vin rouge.» D’ailleurs lors du limogeage du Portugais de Chelsea, Sir Alex Ferguson avait avoué que Mourinho lui avait fait plusieurs confidences malgré leur «rivalité personnelle» Selon Ferguson, le «Special One» est «l'un des meilleurs entraîneurs du monde. Il est étonnant».

Il y a deux ans, l’Ecossais était persuadé que l’ancien coach de Porto allait «terminer à la tête d’une des grosses équipes en Italie ou en Espagne.» «Ca a toujours été la guerre quand on jouait parce qu'on voulait gagner, mais après, c'était bien», a raconté Mourinho. A la fin de leur duel, les deux grands techniciens auront l’occasion de se remémorer la belle époque autour d’une bonne bouteille de vin.