La sélection féminine américaine salue l’égalité logistique avec les hommes mais fera appel pour les salaires

FOOTBALL L'équipe féminine des Etats-Unis salue un accord avec la fédération qu'elle estime toutefois insuffisant

W.P, avec AFP

— 

Megan Rapinoe
Megan Rapinoe — Sipa USA/SIPA

Un petit pas pour l'équipe féminine américaine, mais encore trop petit. L’équipe des Etats-Unis s’est félicitée d’un accord conclu avec sa fédération sur les conditions de travail mais espère encore obtenir gain de cause sur la question de l’égalité salariale avec les hommes.

Le juge de district Gary Klausner a approuvé un accord conclu en décembre, entre la Fédération et les joueuses, qui accorde à l’équipe féminine le même traitement dont bénéficient ses homologues masculins, pour ce qui est des conditions de vols, des hôtels, du choix des sites et du personnel d’encadrement, entre autres.

Une première étape, estime Rapinoe

« Je pense que nous avons franchi une première étape pour les femmes dans le sport », a réagi la star de l’équipe américaine Megan Rapinoe, qui se trouve au Havre en France avec ses coéquipières en vue d’un match amical contre les Bleues mardi. « Nous sommes heureux que la Cour ait approuvé l’égalité des conditions de travail pour laquelle les joueuses de l’équipe nationale se sont battues pendant de nombreuses années », a déclaré leur porte-parole Molly Levinson.

Cet accord fait suite au rejet, en mai dernier, par ce même juge, d’une demande instaurant l’égalité salariale entre internationaux hommes et femmes, déposée par l’équipe féminine. Les Américaines, lauréates des deux dernières Coupes du monde en 2015 et 2019, avaient demandé plus de 66 millions de dollars de dommages et intérêts, en vertu des lois américaines sur l’égalité salariale.

« Nous avons l’intention de faire appel de la décision de la Cour sur l'inégalité des salaires​, qui ne tient pas compte du fait que les joueuses ont été payées à des taux inférieurs à ceux des hommes qui font le même travail », a argué Molly Levinson.

La fédé américaine « engagée à 100 % »

La Fédération américaine a néanmoins dit espérer parvenir à un accord sur ce point, insistant sur le fait qu’elle était « engagée à 100 % dans la question de l’égalité des salaires ». « Nous avons offert à l’équipe nationale féminine la compensation identique à celle fournie à nos joueurs masculins pour tous les matchs gérés par la Fédération », a indiqué cette dernière.

« Malheureusement, elle n’a pas accepté notre offre ni notre invitation de longue date à nous rencontrer pour essayer de trouver une solution, à moins que nous n’acceptions d’abord de combler la différence entre les rétributions des Coupes du monde masculine et féminine, qui sont déterminées, contrôlées et payées par la Fifa. » « Notre demande de rencontre tient toujours et nous espérons que l’équipe féminine l’acceptera très bientôt », a conclu l’instance.