Nicolas Escudé, nouveau DTN, veut renouer avec « le tennis à la française »

TENNIS Le successeur de Pierre Cherret veut élargir la base de pratiquants chez les jeunes pour augmenter le nombre de profils au haut niveau

J.L. avec AFP

— 

Nicolas Escudé, nouveau DTN du tennis tricolore.
Nicolas Escudé, nouveau DTN du tennis tricolore. — REAU ALEXIS/SIPA

Nicolas Escudé, désigné jeudi Directeur technique national (DTN) par intérim, a expliqué lundi vouloir recréer « un tennis à la française » capable d’amener des jeunes au plus haut niveau en partant d’une base élargie de pratiquants.

« Le modèle de formation a tâtonné. Pour moi, il faut remettre du volume au bas de la pyramide », a expliqué l’ancien joueur aujourd’hui âgé de 44 ans, en estimant que ces dernières années le système de détection était devenu « trop sélectif ».

Nicolas Escudé reconnaît « qu’il ne part pas d’une feuille blanche »

« Plus on a de joueurs et joueuses, plus on se donne de chances » d’en trouver un ou une qui atteindra le plus haut niveau et décrochera éventuellement ce titre du Grand Chelem après lequel la France court depuis le sacre de Yannick Noah en 1983 à Roland-Garros. Le nouveau DTN, qui succède à Pierre Cherret, a assuré qu’il ne partait « pas d’une feuille blanche ».

« Les résultats (ces dernières années) ne sont pas loin d’être exceptionnels. Il ne manque que le titre en Grand Chelem », a-t-il souligné. Il a cependant tout de suite insisté sur le fait que, si la fédération et sa DTN avaient pour rôle « d’armer nos gamins pour qu’ils arrivent le plus vite possible au plus haut niveau », d’un point de vue technique, physique mais aussi mental, il n’en restait pas moins que « la dernière marche », celle qui permettra à un joueur de soulever un trophée majeur, dépendrait de lui-même et non plus de l’instance.

Nicolas Escudé, devrait être confirmé dans ses fonctions de DTN après le tournoi de Roland-Garros (24 mai - 6 juin), au terme d’un processus réglementaire qui prévoit un appel à candidature et les auditions des candidats. En tant que joueur, il a atteint la 17e place mondiale en 2000 et a notamment remporté avec la France la Coupe Davis 2001.