Losc : Pourquoi le club belge de Mouscron en veut à Lille et à Gérard Lopez

FOOTBALL Le club belge est en difficulté financière, la faute aux engagements financiers non tenus par Gérard Lopez, ex-président du Losc et patron officiel de Mouscron

Francois Launay
— 
Gérard Lopez a repris Mouscron en juillet 2020
Gérard Lopez a repris Mouscron en juillet 2020 — Shutterstock/SIPA
  • Le club belge, qui joue le maintien dans l’élite belge, est en difficulté financière.
  • Racheté par Gérard Lopez en juillet, Mouscron n’a plus de nouvelles de son président.
  • Et les nouveaux dirigeants du Losc ont décidé de revoir à la baisse la convention de partenariat qui lie les deux clubs jusqu’au 30 juin.

La greffe ne prend pas. Alors que l’AS Monaco et le Losc, qui s’affrontent dimanche en Ligue 1 (17h05), luttent pour le titre de champion de France, on ne peut pas en dire autant de leurs clubs satellites en Belgique. Propriété de Monaco, le Cercle Bruges (17e) est avant-dernier de la Jupiler League un petit point derrière le Royal Excel Mouscron, qui a des connexions avec le Losc et se traîne à la 16e place à quatre journées de la fin. Mais si le club de la principauté n’a pas (encore) prévu de rompre son partenariat avec Bruges, l’histoire entre Mouscron et Lille est en train de toucher à sa fin.

Depuis la reprise du Losc par le fonds d’investissement Melvyn Partners en décembre, le club belge, situé à quinze kilomètres de la capitale des Flandres, n’est plus la priorité des nouveaux dirigeants. D’ailleurs, Mouscron n’appartient pas juridiquement au Losc mais bien à Gérard Lopez, l’ancien président de Lille. Quand il a racheté l’Excelsior en juillet, l’homme d’affaires hispano-luxembourgeois l’a fait via une société luxembourgeoise appelée Jogo Bonito. Mais depuis la mi-décembre, Lopez n’a plus donné signe de vie à Mouscron.

Aucun signe de Lopez depuis la mi-décembre

« Quand Lopez s’est fait éjecter du Losc, il y a eu un conseil d’administration la semaine suivante à l’Excel. Depuis Londres où il était en visio conférence, il a alors assuré qu’il continuerait d’investir et d’assumer ses engagements en tant que président de Mouscron. Mais depuis, c’est silence radio », raconte Julien Parczynski, journaliste au quotidien belge La Dernière Heure. « On ne l’a jamais vu, il n’a jamais rencontré les supporters. C’est très bizarre. Il y a beaucoup de zones d’ombre et d’incompréhensions », reconnaît Clément, membre des Excel Boys, un groupe de supporters de Mouscron

Quant aux engagements financiers promis, ils ne sont plus assumés. Au point que les joueurs et le staff du club belge n’ont pas touché leur salaire de février. Les dirigeants mouscronnois ont récemment annoncé qu’il manquait un million d’euros dans les caisses du club. Une somme qu’ils réclament… au Losc au nom d’une convention de partenariat qui court jusqu’au 30 juin 2021.

Le Losc a revu la convention de partenariat à la baisse

Selon nos informations, cette convention, signée le 23 juillet 2020 entre les deux clubs, prévoyait cette saison un engagement de quatre millions d’euros de la part du Losc vers Mouscron. Une somme notamment destinée à payer tout ou partie des charges des six joueurs prêtés par le club nordiste sans compter six autres éléments arrivés venus de l’équipe réserve.

Sauf que le contexte économique actuel (baisse du sponsoring, stades à huis clos, fiasco Mediapro…) a conduit la nouvelle direction lilloise à revoir cet engagement à la baisse. Un manque à gagner que déplore Mouscron mais que le Losc justifie par la faible exposition de ses joueurs débarqués en Belgique. Et pour cause, sur les douze éléments venus de Lille, ils ne sont que trois à avoir vraiment marqué les esprits. Loin, très loin des effets d’annonce estivaux.

« Ils se sont comportés comme des colonialistes »

« Quand Lopez est devenu président du club, on nous a promis qu’on allait avoir des bons joueurs. Mais en fait, ils nous ont envoyé des joueurs qui venaient de descendre avec la réserve du Losc. Là, on s’est dit qu’on se moquait de nous. Ils se sont comportés comme des colonialistes en sous estimant le niveau du championnat belge. Hormis le gardien Koffi qui est exceptionnel, Onana et Agouzoul, les autres n’ont pas le niveau. On a l’impression qu’on nous a refourgués l’équipe B du Losc. C’est vraiment pitoyable », critique Olivier Defranne, co-fondateur de la page Facebook Excel News qui réunit les fidèles supporters de l’Excel.

« Lopez n’a rien apporté à Mouscron et Lille ne va rien gagner dans cette histoire. C’est un partenariat assez foireux. On a constaté qu’une préférence était donnée en début de saison aux joueurs venus du Losc. Résultat, on n’a pas gagné un match lors des dix premières journées. J’espérais juste que cette saison allait nous permettre de retrouver de la sérénité. Mais ce n’est absolument pas le cas », regrette Thierry Van Weehaege, grand connaisseur et supporter très influent de Mouscron.

La survie du club est en jeu

En difficulté sportivement, en manque de liquidités économiquement, l’avenir du club belge se pose désormais. Sans garanties financières, Mouscron pourrait se voir refuser l’obtention de la licence, sésame indispensable pour évoluer en Jupiler League la saison prochaine. Seul un repreneur pourrait venir sauver la mise à condition de se maintenir dans l’élite.

« On aimerait bien être racheté par quelqu’un de sérieux et pas par des investisseurs venus du bout du monde qui n’en ont absolument rien à faire et qui ne restent qu’un an », espère Clément. Message envoyé à Gérard Lopez qui continue de garder le silence sans donner la moindre explication à ce grand fiasco.