La résurrection attendue de Ronald Zubar

Sandrine Dominique

— 

Comme un symbole. Soixantième minute, samedi, au Vélodrome : Ronald Zubar inscrit le 2e but phocéen d'une tête rageuse face au Havre (2-0), lors de la 21e journée de L1. Le but de la délivrance pour le défenseur central qui revient de très loin. « Il faut prendre les critiques du bon coté, il y a toujours une part de vérité dans ce que les gens disent. Je n'étais pas au meilleur de ma forme, confiait ainsi le Guadeloupéen au micro de Foot+. Là, on voit le vrai Ronald. »

Son début de saison raté avait atteint son apogée, face au Losc (2-2), le 23 novembre. Ce soir-là, impliqué sur les deux buts lillois, Ronald Zubar avait subi la bronca du public marseillais. Mais quand on touche le fond, on ne peut souvent que rebondir. C'est ce que l'Olympien a tenté de démontrer. Bien aidé par Eric Gerets qui lui a renouvelé sa confiance en continuant à le titulariser. Le coach a eu du flair puisque depuis cette terrible 15e journée de L1, le défenseur n'a eu de cesse de se racheter. Impeccable trois jours plus tard lors du déplacement à Liverpool (1-0), Zubar a montré du caractère. Il est monté en puissance au fil des matchs essayant de remplir sa tâche sans bavure en défense (le but inscrit contre son camp à Besançon en Coupe de France reste un coup du sort, sans conséquence) et d'apporter offensivement sur chaque coup de pied arrêté. Une progression qui s'est concrétisée samedi par ce but. L'accolade qui s'en est suivie avec le coach illustrait l'estime qui s'est installée entre les deux hommes. « Sur son but, j'étais peut-être encore plus content que lui, affirme Gerets. Il marque mais il a fait aussi un très bon match défensivement. Ce n'est pas son premier, ce n'est pas son dernier mais ça fait plaisir. Pour lui particulièrement car c'est un joueur en qui j'ai toujours cru. J'avais espéré qu'il montrerait cette qualité plus tôt, mais aujourd'hui cette qualité est là. Je ne vais pas acheter un défenseur en plus puisque j'ai confiance en lui. Il a largement prouvé que c'est un drôle de joueur ! » ■