Points et mal en point à Lens

— 

« Mentalement, ce succès nous fait du bien. Physiquement, c'est un autre problème. » Samedi soir, dans les couloirs du stade Bollaert, Jean-Guy Wallemme avait du mal à se satisfaire pleinement de la victoire de son équipe sur le promu vannetais (2-1). Certes, le Racing, qui n'avait pas encore gagné en 2009, compte maintenant six points d'avance sur Angers, le 4e (qui compte un match en moins). Certes, grâce au doublé de Maoulida dans les dix premières minutes, l'efficacité est enfin revenue. Mais les Sang et Or, déjà privé de Nenad Kovacevic juste avant le coup d'envoi, ont dit au revoir à Sidi Keita (ischios) et Vedran Runje (claquage) en plein match. Le gardien lensois devrait même être absent entre quatre et six semaines.

« On ne va pas faire la fine bouche. C'était important qu'on retrouve notre réalisme offensif. Mais heureusement, on a quinze jours avant notre prochain match », souffle le coach artésien. Car en attendant de se déplacer à Châteauroux, Lens va partir s'aérer les poumons au Touquet jusqu'à vendredi. ■ A. M.