Coupe d’Europe de rugby: Caramba, encore raté... Le Racing 92 a trop fait de cadeaux et Exeter remporte sa première Champions Cup... Revivez le match en direct

RUGBY Quoi qu’il arrive, il y aura un nouveau champion d’Europe après cette finale franco-anglaise entre le Racing 92 et Exeter

Nicolas Stival

— 

La déception de Simon Zebo, l'arrière du Racing 92, battu par les Anglais d'Exeter en finale de la Champions Cup, le 17 octobre 2020 à Bristol.
La déception de Simon Zebo, l'arrière du Racing 92, battu par les Anglais d'Exeter en finale de la Champions Cup, le 17 octobre 2020 à Bristol. — Andrew Fosker / BPI / Shutterstock / Sipa

RACING 92 - EXETER : 27-31

19h41: Exeter remporte sa première Champions Cup dès sa première finale. Pour le Racing 92, c'est un troisième échec en quatre ans à ce stade. Le club francilien paye son début catastrophique et ses trop nombreuses erreurs. Quant à moi, je vous quitte après ce match riche de huit essais, quatre de chaque côté. Bonne soirée !

19h38: L'arbitre siffle la fin du match. C'EST TERMINE.

80e: Joe Simmonds réussit la première pénalité tentée par Exeter cet après-midi. Et Nigel Owens demande la vidéo pour savoir si l'Anglais a tapé avant ou après la fin du temps réglementaire...

80e: Pénalité pour Exeter. La cabane, le chien, tout ça...

78e: Exeter enchaîne les pick'n'go, à la façon du Munster de la grande époque. Les Anglais mangent le chrono.

75e: Mais non, NOOOOOON... Après 19 temps de jeu, le numéro 8 du Racing Antonie Claasen est pénalisé alors qu'il était dans l'en-but d'Exeter. Des bras anglais ont sauvé l'équipe du Devon qui récupère une pénalité.

72e: CARTON JAUNE pour le pilier remplaçant Thomas Francis après ce fameux en avant jugé volontaire. Le Racing choisit la touche. Irrespirable...

72e: On revient à une suspicion d'en-avant volontaire d'un joueur d'Exeter il y a à peu près 5 minutes (j'exagère à peine)...

71e: Le Racing est dans les 22 m d'Exeter. Un drop suffirait pour passer devant...

69e: Superbe match vraiment. Dommage qu'il se joue dans un stade vide, ça l'empêchera de devenir légendaire.

66e: Kurtley Beale, le polyvalent trois-quart australien, remplace à l'arrière l'Irlandais Simon Zebo, auteur d'un doublé et excellent aujourd'hui. Et si le Wallaby aux 92 sélections faisait basculer le match ?

64e: Quel numéro encore de Vakatawa, qui s'infiltre dans la défense d'Exeter comme une souris dans un grenier à blé. Le Racing récupère une pénalité que Maxime Machenaud transforme. EXETER N'A PLUS QU'UN POINT D'AVANCE.

61e: C'était du bon Russell là !!! Comme en demi-finale contre les Saracens, l'ouvreur écossais envoie un petit coup de pied au-dessus de la ligne défensive d'Exeter pour Virimi Vakatawa. Mais le centre fidjien du XV de France, victime d'un rebond facétieux, fait un en-avant.

59e: Superbe Vakatawa !!! Après une séquence de jeu interminable d'Exeter, le centre du Racing 92 profite d'un très beau travail défensif de Bernard Le Roux pour récupérer un ballon dans un ruck et une pénalité dans la foulée.

57e: On se refait l'essai du mousquetaire d'Auxerre, aka Camille Chat.

 

54e: Que des essais, transformés ou pas, pour meubler le score. Une seule pénalité a été tentée, et ratée, d'entrée par Iribaren. C'est très, très rare... Et pour l'instant, le Racing 92 est derrière à cause de deux transfos manquées.

50e: QUEL MATCH DE FOUS !!! Cela fait déjà huit essais, quatre de chaque côté, après celui que vient de marquer le talonneur du Racing Camille Chat en force !!! Et celui-ci est enfin transformé, par Machenaud. Le D'Artagnan bodybuildé quitte le terrain dans la foulée puisque toute la première ligne est remplacée.

46e: MAIS NOOOOOOON... Quand on dit que Finn Russell est fantasque, c'est parce que l'ouvreur est capable du meilleur (souvent) comme du pire. Là, il vient d'envoyer une passe triplement sautée interceptée par l'ailier anglais Jack Nowell qui sert Harry Slade. Celui qui aurait dû passer 10 minutes sur le banc après son plaquage sur Juan Imhoff aplatit un essai forcément transformé. Et ça fait mal...

43e: Le doublé de Simon Zebo !!! L'arrière irlandais aurait peut-être pu servir Dupichot mais bon, l'Irlandais arrive à planter l'essai qui relance complètement le Racing. Et Machenaud qui trouve le poteau sur la transfo. Dommage.

42e: Oh le vilain plaquage haut d'Henry Slade sur Juan Imhoff qui venait de réaliser une belle interception !!! Le centre international anglais s'en sort sans carton jaune. Assez curieux...

41e: Le Racing 92 a 40 minutes pour renverser le match et écrire l'histoire. Avec un nouveau demi de mêlée puisque Maxime Machenaud remplace Teddy Iribaren, hors du coup et touché aux adducteurs.

18h34: C'est la pause. Exeter tourne à la mi-temps avec neuf points d'avance (12-21).  En demi-finale face à Toulouse, les Anglais avaient déjà marqué un essai juste avant la pause et les Rouge et Noir ne s'en étaient jamais remis. On se retrouve dans quelques minutes pour voir si le Racing a bien digéré ce coup dans l'estomac.

40e: Le coup de poignard... Dans la continuité de la boulette évoquée dans le post précédent, Exeter rejoue sa partition préférée: le pilonnage près de la ligne adverse. Déjà auteur d'un doublé contre Toulouse en demi-finale, Harry Williams marque sous les poteaux. Cet essai du pilier droit anglais au look de roi burgonde, transformé par Sam Simmonds, fait très mal au Racing...

38e: Pfff, cette action tout droit sortie d'un bêtisier. Au départ, un coup de pied contré de Finn Russell au milieu du terrain et après 10 rebonds et trois ratés divers et variés, on se retrouve avec une touche à 5 mètres de la ligne du Racing...

36e: Encore un bon grattage d'un pilier francilien. Après le droitier Colombe, c'est Ben Arous qui récupère un ballon précieux à proximité de son en-but. Habile...

32e: ESSAI DE JUAN IMHOFF !!! On vous disait que le Racing allait mieux !!! Après une attaque durant laquelle Chat et Zebo se sont distingués, l'inusable ailier argentin fait la feinte du loup à cinq mètres de la ligne d'Exeter et file entre les poteaux. Russell transforme.

28e: Joli coup de pied par-dessus de Finn Russell, qui rentre enfin dans son match... Bon, il suffit que je dise ça pour qu'il tape en touche en voulant servir son ailier...

25e: Bon, pas sûr que le Racing refasse pareil exploit aujourd'hui à Bristol, même si c'est un petit peu mieux depuis quelques minutes.

 

22e: Vous vous souvenez du match cata du gardien allemand Karius avec Liverpool contre le Real Madrid, en finale de la Ligue des champions 2018 ? Et bien Teddy Iribaren vit à peu près ce moment-là aujourd'hui...

20e: On ne l'avait pas vu venir celui-là ! Finn Russell allonge sa passe pour l'arrière irlandais Simon Zebo qui marque en coin. Souci : Russell manque la transfo.

16e: DEUXIEME ESSAI D'EXETER !!! Sur la 189e pénalité jouée à la main, c'est le numéro 8 Sam Simmonds, le grand frère de cap'tain Joe, qui emporte son homologue Antonie Claasen et marque. C'est son huitième essai en huit matchs de Champions Cup cette saison. Et c'est Joe le frérot qui transforme (0-14).

15e: Etouffés, asphyxiés... Utilisez l'adjectif que vous voulez mais les hommes de Laurent Travers sont surclassés pour l'instant par Exeter, qui jouent comme d'hab' toutes les pénalités à la main.

13e: Mais... Après avoir récupéré une mêlée, Iribaren sert Finn Russell dans son en-but. L'Ecossais fait à peu près n'importe quoi avec le ballon dont il perd le contrôle. Le deuxième ligne d'Exeter Jonny Hill est là mais il n'arrive pas à aplatir, comme le confirme la vidéo.

11e: Les Racingmen se font croquer pour l'instant. Iribaren est à côté de ses pompes.

7e: Exeter qui nous sort sa spéciale, qui marche à tous les coups. On tape en touche une pénalité largement dans les cordes d'un buteur, on récupère et on défonce l'adversaire en ballon porté. Pénalité. Et on en remet une couche. Le talonneur Cowan-Dickie aplatit le premier essai, transformé par l'ouvreur et capitaine Joe Simmonds.

5e: Première attaque digne de ce nom des Franciliens. Dommage, le capitaine Chavancy a dû croire que son ailier mesurait 2,43 m. Passe en touche.

2e: Première pénalité et premier raté pour Teddy Iribaren. Le demi de mêlée du Racing trouve la zone de ballon mort au lieu de la touche. Mêlée et pénalité pour Exeter. Bon...

1re: C'est parti !!! L'éternel Nigel Owens donne le coup d'envoi. Enfin, éternel... L'arbitre gallois va très bientôt raccrocher le sifflet.

17h43: Allez ça monte petit à petit en pression. Les joueurs entrent dans un stade vide, entre deux feux d'artifice. Les Racingmen portent des noeuds papillon, comme leurs lointains devanciers en finale du championnat de France contre Agen, en 1990. Les Lafond, Mesnel ou Blanc avaient gagné, à l'époque.

17h40: Un peu de lecture pour patienter, avec un portrait de Finn Russell, le fantastique ouvreur écossais du Racing.

 

17h35: Et maintenant Exeter. Pas l'équipe la plus connue d'Europe (on en parle ici) mais une sacrée armada avec les Hoog, Nowell ou Slade derrière et les Simmonds, Gray et Cowan-Dickie devant.

 

17 h 30 : Bonjour à toutes et tous. En début de soirée, nous aurons un douzième club champion d’Europe, puisque le Racing 92 et Exeter n’ont encore jamais remporté cette compétition. Les deux clubs s’affrontent pour la toute première fois et bien malin qui peut deviner qui l’emportera. On jette un coup d’oeil à la compo du Racing, qui avait mis la majorité de ses cadres au repos la semaine dernière contre Toulouse en Top 14. Hors du coup en ce début de saison, Teddy Thomas n’est même pas remplaçant.
 

 

Après deux échecs en 2016 et 2018, le Racing 92 retente sa chance ce samedi. Le président milliardaire Jacky Lorenzetti et tout un club espèrent que cette troisième finale de Champions Cup sera la bonne. Seulement, il reste un obstacle avant que la liesse populaire n’engloutisse les Hauts-de-Seine.

Et il est énorme : après avoir croqué le Stade Toulousain en demi-finale (28-18), Exeter se verrait bien marcher sur un autre club français en finale, comme Bristol vendredi fois en finale du Challenge européen (32-19). La meilleure formation anglaise du moment jouera « à domicile »... à Bristol. Un avantage tout relatif puisque le match se jouera à huis clos.

» Pour suivre ce duel franco-anglais qui sacrera un tout nouveau champion d’Europe, on se retrouve dès 17 h 30