La passion latine embrase le Dakar

DAKAR Des centaines de milliers de spectateurs dans les rues pour la parades des pilotes...

M.Go. et S.D.

— 

Un pilote assure le spectacle lors de la parade des concurrents du Dakar dans les rues de Buenos Aires, le 2 janvier 2009.
Un pilote assure le spectacle lors de la parade des concurrents du Dakar dans les rues de Buenos Aires, le 2 janvier 2009. — SIPA

De notre envoyé spécial à Buenos Aires

Dakar2009

Dix jours après le sacre de Boca Junior dans le championnat d’Argentine de football, l’Obélisque de Buenos Aires a encore une fois été le centre du sport à Buenos Aires. Sur cette place de la République au milieu de l’avenue du 9 juillet (que les Argentins aiment à définir comme la plus large du monde), les fans de sports mécaniques se sont réunis par dizaines de milliers (voire des centaines de milliers, 500 000 selon ASO) vendredi soir pour assister à la grande parade des 500 véhicules du Dakar.

Attablés à la terrasse d’un café, les anonymes techniciens des teams signent des autographes, les chaînes de télé diffusent des images d’hélicoptère en direct et les pilotes paradent sur le podium comme Cyril Despres, le vainqueur moto de 2007, qui a même pris le micro pour parler à la foule en espagnol.

Le départ de cette boucle dans Buenos Aires avait lieu quelques kilomètres en amont à La Rural, le camp de base du Dakar à Buenos Aires. Ambiance Tour de France à la sortie pour les pilotes amateurs:


Dans les rues adjacentes à l’Obélisque, les locaux comme les Argentins Otano et Monti sont particulièrement chouchoutés. Et si Maradona se mettait au rallye?



Pendant ces trois jours à Buenos Aires, l’enthousiasme des Argentins pour le rallye est monté en puissance. 14 000 spectateurs le mercredi à La Rural, 60 000 le jour du 1er de l’an et sans doute autant le vendredi sont venus regarder les véhicules du rallye à La Rural. Attroupements pour écouter les gros cubes, queues pour visiter les camions, bébés posés et pris en photos sur les capots, le pays de Fangio (dont la corvette de 1939 était exposée) a réservé une belle première au Dakar. «C’est super de voir ça. J’ai dû mal à imaginer qu’il y ait autant de monde. Ca fait quand même plus de spectateurs qu' Stade de France», résumait jeudi après-midi un pilote amateur. C’était avant l’apothéose de vendredi soir.