Rachat de l'OM : Le club assigne Mourad Boudjellal et Mohamed Ajroudi en justice

FOOTBALL L'OM n'apprécie pas la « campagne de déstabilisation » menée par les deux hommes dans le cadre du possible rachat du club olympien 

A.L.G. avec AFP

— 

Mohamed Ayachi Ajroudi, porteur du projet de rachat de l'OM, et Mourad Boudjellal, qui serait alors le nouveau président du club.
Mohamed Ayachi Ajroudi, porteur du projet de rachat de l'OM, et Mourad Boudjellal, qui serait alors le nouveau président du club. — Fethi Belaid, Bertrand LANGLOIS / AFP

L'Olympique de Marseille contre-attaque. Le club phocéen a annoncé avoir assigné mardi en justice Mohamed Ayachi Ajroudi et Mourad Boudjellal, candidats déclarés au rachat de l’OM, leur reprochant de mener « une campagne de déstabilisation ».

« Une assignation préparée par le cabinet Malka et Associés (…) a été délivrée ce jour par huissier » à l’homme d’affaires franco-tunisien, meneur du projet, et à son choix pour la présidence de l’OM, a précisé le club dans un communiqué.

Cette assignation vise à engager la responsabilité d’Ajroudi et Boudjellal sur le fondement de l’article 1240 du Code Civil pour le préjudice causé par « une campagne intensive de désinformation massive dans le but manifeste de déstabiliser et fragiliser le club », précise-t-on du côté de l’OM.

L’OM parle d’un « comportement non professionnel et sournois »

« Personne ne devrait utiliser l’OM afin d’asseoir sa notoriété personnelle », insiste le communiqué, évoquant « une campagne destructrice et égoïste basée sur des tromperies et des mensonges ».

« A aucun moment » le propriétaire de l’OM, l’Américain Frank McCourt, « n’a envisagé de céder sa participation dans la SASP OM » à ces deux personnes, et « contrairement à ce qui a pu être affirmé dans les médias, ni M. McCourt ni quiconque appartenant au groupe McCourt et à l’OM n’a eu le moindre contact avec eux ou leurs conseils », insiste le club.

Le club voit dans « ce comportement non professionnel et sournois » une « attaque à l’encontre de l’OM » au moment où il retrouve la Ligue des champions après sept ans d’absence. McCourt et le président Jacques-Henri Eyraud​ ont « un plan stratégique global à long terme » pour le club et ne veulent donc pas le vendre, est-il écrit.