Quel club français pour accueillir Sébastien Chabal (et à quel poste)?

RUGBY Si le retour du Caveman en France est entendu pour la saison prochaine, reste à savoir où et à quel poste...

Alexandre Pedro

— 

Sébastien Chabal charge contre l'Australie.
Sébastien Chabal charge contre l'Australie. — C.Platiau / REUTERS
Sébastien Chabal veut revenir en France la saison prochaine, le message est bien reçu et les rumeurs l’envoyant un jour au Racing-Metro l’autre à Castres ou au Stade Français vont bon train. Encore faut-il savoir à quel poste? Sans repousser la venue du plus populaire des joueurs français, Max Guazzini expliquait mardi que la troisième ligne du Stade Français affichait «complet» avec notamment deux numéros huit comme Parisse et Leguizamon. Or, c’est à ce poste que Chabal s’est imposé dans le championnat anglais avec son club de Sale. Le Chabal deuxième ligne intéresserait plus le club parisien, moins armé dans ce secteur.

Déplacé à ce poste par Bernard Laporte au moment de la Coupe du monde 2007, Chabal s’est fait à l’idée que son avenir chez les Bleus passé par là, Marc Lièvremont étant raccord avec son prédécesseur à son sujet. «Sébastien m’a confié en début d’année qu’il souhait faire les efforts pour s’imposer comme un titulaire en deuxième-ligne avec le XV de France», souligne Philippe Saint-André, son manager à Sale.

«Paris, c'est peut-être le mieux»

Et si son retour en France était facilité par un déplacement permanent en deuxième ligne? Toujours selon Saint-André, la question du poste est un faux problème concernant l’avenir du joueur. «Au rugby, on ne vient pas dans un club avec des garanties pour évoluer à un poste en particulier. On est d’abord au service d’un collectif. Sébastien a déjà terminé des rencontres comme deuxième-ligne avec nous», enfonce Saint-André.

Officiellement, l’ancien berjalien n'a aucune exigence concernant son placement sur le terrain. Il entend surtout trouver pour point de chute «une grande ou une petite ville». Le Stade Toulousain pas intéressé «je crois qu'ils ne veulent plus de moi, j’avais failli signer il y a deux ans, mais j'avais resigner avec Sale», explique Chabal, la grande ville en question ressemble à Paris; le Stade Français évidemment, mais aussi le Racing-Metro, piste crédible en cas de montée en Top 14. «Paris, c'est peut-être le mieux», a d’ailleurs glissé l’intéressé. Si Paris se refuse à lui, les dirigeants brivistes, castrais ou pourquoi pas bayonnais peuvent toujours lui présenter les charmes de leur «petite ville».

Le Stade Français, le Racing,  Brive, Castres ou un autre... dans quel club français voyez-vous signer Sébastien Chabal?