« La souris, c’est l’extension de sa main »... ZywOo, la première révolution de l’e-sport

PORTRAIT Le jeune Français de 19 ans a été élu en janvier meilleur joueur du monde de Counter-Strike : Global offensive, pour sa première saison en pro

B.V.

— 

Le joueur de CS:GO ZywOo
Le joueur de CS:GO ZywOo — Romuald Meigneux / SIPA
  • Interview, reportage, enquête… Le dernier jeudi de chaque mois, 20 Minutes se plonge dans l’e-sport et son impact sociétal.
  • Aujourd'hui, nous nous intéressons au jeune prodige français ZywOo, élu récemment meilleur joueur du monde du jeu très populaire CS:GO

Tous les derniers jeudis de chaque mois, 20 Minutes cause e-sport. A travers des enquêtes, des portraits, des interviews ou des reportages, nous tenterons de vous ouvrir les portes pour tout savoir du monde de la compétition dans les jeux vidéo, véritable phénomène de société et business florissant. Aujourd’hui : le portrait de ZywOo, jeune joueur français de Counter-Strike, récemment élu meilleur joueur du monde.

Il y a dans l’histoire de ce gamin quelque chose d’assez fascinant. Pas tellement dans la manière dont ZywOo est devenu, à 19 ans et après seulement sa première saison professionnelle, le meilleur joueur du monde de CS:GO, l’un des jeux les plus populaires de l’e-sport. N’importe quel connaisseur du jeu vous dira que ça relève presque de l’évidence, tant il est annoncé depuis plusieurs années comme un phénomène. Non, le plus intéressant, c’est que cette éclosion presque programmée raconte de l’évolution du jeu vidéo et de sa place dans notre société.

ZywOo, de son vrai nom Mathieu Herbaut, est un enfant du jeu vidéo. De Counter-Strike, même, qu’il découvre à 7 ans dans sa petite commune de Billy-Montigny dans le Pas-de-Calais en regardant ses frères et cousins jouer. Si elle ne l’autorise pas immédiatement à jouer, sa mère, qu’il présente en souriant comme une « geek », finit par lui lâcher la souris et l’accompagne même pour des petits tournois locaux, parfois avec sa grand-mère. « J’avais mon petit fan club avec moi », se marre-t-il. Premiers tournois avant 10 ans, premières équipes sérieuses vers 14, l’adolescent est fou du jeu. Il se trouve aussi qu’il se débrouille plutôt pas mal.

Les premières offres pour jouer à temps plein arrivent alors vers ses 16 ans, il avoue avoir « pensé à arrêter l’école ». Nathalie Fontaine, sa maman, refuse tout net. « Elle voulait que je passe mon bac, donc je n’avais d’autre choix que d’attendre, explique-t-il. Sa crainte, c’était que si ça ne marche pas sur CS, je me retrouve avec rien ». Il y a quelques mois, elle expliquait à L’Equipe avoir elle-même douté, à ce moment-là : « Je me posais beaucoup de questions. J’avais peur de le restreindre. Ça reste un milieu assez obscur. Certains lui faisaient miroiter des choses, on a eu quelques discussions houleuses ».

Deux typologies de familles dans l'e-sport

Le système éducatif français n’offrant pour l’instant aucun cadre à la pratique de l’e-sport, c’est elle qui en aura, tout au long de sa scolarité, tracé les contours. Il finit par acquiescer et obtient son bac au début de l’été 2018 et signe son premier contrat pro dans la foulée, avec Vitality.

« Aujourd’hui, il y a deux typologies dans les familles de très jeunes joueurs, analyse Fabien Devide, co-fondateur de Vitality, l’équipe de ZywOo. Celle où la famille est pour, où elle comprend l’écosystème du jeu vidéo et accompagne l’adolescent, voire se sacrifie un peu pour lui en posant par exemple des congés pour être avec lui sur tel ou tel événement. Et celle où il y a un désintérêt total, où les parents ne prennent pas le temps de jouer, de comprendre… Dans le cas de ZywOo, c’est l’une des success story familiale les plus dingues que j’ai entendue. Dans le soutien, dans l’accompagnement, dans la façon dont ils sont restés fidèles à ce qu’ils avaient décidé. »

Comprendre qu’il est rare et particulièrement nouveau qu’une famille accepte et embrasse le choix d’une carrière dans l’e-sport. Il y a quelques mois, Sébastien Debs, double champion du monde de DotA 2, nous avait expliqué à quel point sa relation avec ses parents s’était détériorée quand il a décidé de faire du jeu sa vie. « C’était très difficile, j’avais des problèmes perso terribles, expliquait-il. Je ne leur en veux pas, je comprends. Ils n’étaient pas éduqués sur ce monde. Tout ce qu’ils voyaient, c’était leur gamin qui délaisse ses études pour jouer aux jeux vidéo. A l’époque, le jeu vidéo c’était pour jouer, et pour eux, je jouais au lieu de travailler. »

ZywOo avoue n’avoir « jamais réfléchi » à l’impact qu’a eu sa mère sur sa carrière. Il est, quelque part, le premier produit d’une génération de parents qui ont accepté socialement le jeu vidéo. Parce qu’il a fait partie de leur vie, parce qu’il est aujourd’hui de moins en moins perçu comme un frein au développement social, un danger passif, et plus comme une passion dont on peut vivre heureux. Pas moins que le foot ou la musique. Fabien Devide :

« Nous sommes au milieu d’une petite fracture, d’un petit choc de générations. Quelque part, la révolution digitale arrive maintenant car elle est désormais ancrée dans toutes les générations. Les gens voient le côté sédentaire du jeu vidéo, l’addiction. Mais cette addiction aux écrans, elle touche tout le monde. Jouer au jeu vidéo, c’est être acteur. Il faut arrêter de stigmatiser le jeu vidéo, de la diaboliser, mais le voir comme un outil. »

Un rapport « instinctif » au jeu

Comprendre aussi que ZywOo a commencé à jouer très jeune et à un jeu considéré comme violent - le principe de CS:GO, c’est des terroristes qui flinguent des antiterroristes, et inversement - dont certains parents ne veulent pas. Lui en fait sa force. « A 19 ans, il a un sens du jeu incroyable, décrit Fabien Davide. Tous les choix qu’il fait sont les bons. Il ne se plante quasiment pas. Là où d’autres joueurs vont intellectualiser, lui c’est innée. »

Pour poursuivre dans l’analogie sportive, c’est l’exemple du gamin qui serait né « avec un ballon entre les pieds ». S’il n’a commencé à vraiment s’intéresser à la tactique à 14/15 ans, ZywOo parle de son rapport au jeu comme « instinctif » : « tout ce que je vois, c’est naturel. C’est vrai que plus tu apprends petit, plus tu apprends vite ». C’est sans doute pour ça qu’il a réussi à dépasser, dès sa première année en pro, des joueurs présents sur la scène depuis plus dix ans. Considéré comme l’un des plus grands joueurs français durant ses 14 ans de carrière de 2002 à 2016, Michael « HaRts » Zanatta explique avoir été bluffé par sa rapidité d’exécution quand il est arrivé sur la scène :

« Il a eu une formation dès le plus jeune âge et ça se sent. Il a une forme d’insolence de rapidité, sans le moindre déchet. Pour les joueurs actuels, qui ont commencé dans les années 2000, c’est très rare d’avoir commencé aussi tôt. »

Né en même temps que le jeu ou presque, ZywOo a grandi avec lui. « Cette génération qui va arriver est un vrai mystère, enchaîne le co-fondateur de Vitality. Ça fait partie des choses qui vont faire augmenter l’e-sport de manière spectaculaire, il y a des jeunes de 15/16 ans qui arrivent et sont compétitifs sur des jeux vieux de 10 ou 20 ans. En interview, ils disent qu’ils ont commencé à jouer en CM1, quand nous on commençait à jouer bien plus tard. Ils ont le QI, l’ADN, la passion du jeu. La souris, c’est l’extension de leur main. »

HaRts poursuit : « Aujourd’hui, commencer tôt est sans doute l’une des clés si on veut atteindre son niveau. Ça permet de plus facilement se projeter, de se donner à fond dans la discipline. C’est pour ça qu’il faut plus de structure. Pourquoi pas des clubs d’e-sport pour que les jeunes puissent jouer et apprendre avec des coachs ? »

ZywOo prend la pose
ZywOo prend la pose - Romuald Meigneux / SIPA

Et sans doute aussi des centres de formations, pour permettre aux espoirs de se préparer au professionnalisme, un passage délicat. ZywOo, lui, a cherché la solution la plus simple pour effectuer la transition : une équipe française, ambitieuse et qui lui permettrait de jouer son jeu. Dès le mois d’août, après l’obtention de son bac, Vitality rachète son contrat autour de 100.000 euros à son ancienne équipe, aAa.

Il se souvient de ses débuts : « C’est le moment d’y aller, j’y vais. L’équipe savait que j’étais jeune, elle m’a tout de suite mis dans le bain, dans le jeu j’étais très libre. Je me suis adapté, même si j’ai du apprendre l’hygiène de vie pour arriver à bien se stabiliser. 36 semaines de déplacement dans l’année, c’est pesant. »

Un an et quelques titres plus tard, il est élu par le site de référence hltv.org meilleur joueur du monde. Même si son équipe n’a pas encore remporté de titres majeurs, trustés par les Danois d’Astralis. Fabien Devide : « On a axé le projet autour de lui. On s’est rendu compte qu’on avait un diamant brut et que si on le mettait dans les meilleures conditions, il allait faire des merveilles. Ce mec est juste trop fort. C’est un ovni. »

Et pour terminer la comparaison sportive, il est aussi devenu un actif pour son entreprise. Le marché CS : GO fonctionne grosso modo comme celui du foot, avec déjà une grande maturité financière, et ZywOo a déjà multiplié au centuple sa valeur. « J’ai déjà reçu des offres excentriques pour lui, explique le boss de Vitality. Je veux qu’on soit la meilleure équipe et j’ai besoin de joueurs de son acabit. Il est intransférable : on peut me proposer 20 ou 30 millions, je ne serais pas intéressé. »

ZywOo, lui, semble loin de tout ça. « Je suis comme un gosse quand je joue, je m’amuse toujours. J’ai toujours l’impression d’avoir 15 ans. »