La hype Yoann Gourcuff décryptée

FOOT Forces et faiblesses du meneur des Bleus et de Bordeaux...

Alexandre Pedro

— 

Yoann Gourcuff contre la Tunisie avec l'Equipe de France. 
Yoann Gourcuff contre la Tunisie avec l'Equipe de France.  — C.Platiau / REUTEURS
Les Bleus ont un nouveau maître à jouer, inconnu il y a quelques mois dans l’hexagone: Yoann Gourcuff. Le fils de l’entraîneur de Lorient est aussi indispensable à Bordeaux, où les Girondins jouent mercredi leur avenir en Ligue des champions contre les Roumains de Cluj. Entraîneurs, formateur et joueurs nous expliquent le phénomène Gourcuff.

Le physique et la tête de l’emploi

Avec son mètre quatre-vingt cinq, le Bordelais ne drible pas dans la catégorie des meneurs de poche.«Physiquement, il me rappelle davantage Kaka: grand, technique et capable de répéter les efforts. Ce n’est pas le mec qui va te dribbler toute une défense», analyse Vikash Dhorasoo, qui l’a précédé au Milan AC. «Physiquement, je le trouve plus affûté qu’à Milan», juge Landry Chauvin, son formateur au Stade Rennais. «Chez Yoann, la technique et le physique vont de paire. Mais c’est surtout mentalement qu’il m’impressionne. Yoann sait ce qu’il veut. Quand son père Christian se fait virer de son poste d’entraîneur à Rennes, il décide de rester tout de même au centre de formation du club», se souvient Chauvin. «Ca aide aussi d’avoir un cerveau», ponctue Vikash Dhorasoo.

Les vertus de l’escapade milanaise

Après deux saisons chez les Rossoneri, Yoann Gourcuff peu utilisé au Milan décide de revenir en France. Difficile pourtant de parler d’échec. «A Milan, Yoann a beaucoup évolué. Lors de sa première saison, il a pas mal joué et s’est renforcé tactiquement, physiquement et dans sa lucidité à conserver le ballon», remarque Christian Gourcuff.

Une explosion inattendue?

A la différence d’un Camel Meriem ou d’un Samir Nasri, le Breton n’a pas été présenté dans un premier temps comme le nouveau Zidane. Une question d’origine? Pas seulement. Les débuts rennais de Gourcuff n’ont pas déclenché les fantasmes. «Au départ, je le trouvais complet, mais sans gros point fort» se souvient Vikash Dhorasoo. «Avec les Bleus, il m’a bluffé. J’ai découvert un joueur capable de marquer de loin et de donner des passes décisifs». Landry Chauvin lui est moins surpris par son explosion: «Yoann n’est peut-être pas un surdoué comme Ben Arfa, mais il possède un gros bagage technique, avec notamment cette grosse frappe de balle , surtout quand il est en confiance». Et pour captiver les foules, son sourire ravageur fait le reste. Rançon du succès, il est même obligé de démentir une supposée liaison avec laure Manaudou.

Meneur avancé ou reculé?

A Bordeaux et chez les Bleus, Gourcuff s’épanouit dans une position de meneur avancé derrière un ou deux attaquants. Pourtant, son volume de jeu et sa qualité dans la récupération peuvent plaider pour un autre positionnement. «J’ai souvent pensé que son poste idéal serait d’être plus reculé, face au jeu pour lancer les autres, un peu à la façon d’un Pirlo par exemple», imagine son paternel. «Yohann a cette faculté à évoluer à plusieurs postes en milieu de terrain. Personnellement, je l’imagine bien dans un rôle de milieu relayeur avec un Toulalan à côté par exemple», complète Landry Chauvin. Une idée pour Raymond Domenech?