Angleterre – Afrique du Sud/Coupe du monde de rugby : Les Springboks terrassent les Anglais et remportent un troisième titre… Revivez la finale avec nous

RUGBY L’Angleterre part favorite de la finale, mais l’Afrique du Sud a les arguments physiques pour lui barrer la route

Nicolas Stival

— 

Le demi de mêlée sud-africain Faf De Klerk contre l'Angleterre, lors de la finale de la Coupe du monde 2019 à Yokohama, au Japon.
Le demi de mêlée sud-africain Faf De Klerk contre l'Angleterre, lors de la finale de la Coupe du monde 2019 à Yokohama, au Japon. — Mark Baker / AP / Sipa

11h57: Impressionnants depuis le début de la Coupe du monde, intraitables face aux Néo-Zélandais en demi-finale, les favoris anglais sont passés complètement à côté de cette finale. Dominateurs en conquête avant d’achever leurs adversaires avec deux essais d’ailiers, les Springboks rejoignent donc les All Blacks au panthéon du rugby mondial, avec un troisième sacre, après 1995 et 2007. Selon la règle des douze ans, ils devraient être irrésistibles en 2031… Ce fut un plaisir de partager ce direct avec vous !!! Excellent samedi à vous tous. VIVE LE RUGBY ET CHESLIN KOLBE !!!

11h55: C'est fini ! Des coups de klaxons retentissent à Pretoria. On s'embrasse au Cap. L'AFRIQUE DU SUD EST CHAMPIONNE DU MONDE !!!!

79e: Alors que le graveur ne s'embête pas avec la glorieuse incertitude du sport et inscrit le nom de l'Afrique du Sud sur la coupe William Webb Ellis.

74e: Cette fois, la cabane est tombée sur le bulldog anglais ! Les Sud-Africains récupèrent un ballon qui aboutit (enfin) sur l'aile droite de Cheslin Kolbe. Le Hobbit du Stade Toulousain estourbit Owen Farrell et va planter l'essai de la gagne, transformé par Pollard.

74e: KOLBE ! KOLBE !! KOOOOOOOOOLBE !!!!!!!!!!!

73e: L'arrière anglais Elliot Daly qui vomit un ballon avant de se tenir le mollet. Quand ça veut pas...

71e: Non mais c'est énorme ce qui est en train de se passer!!! Clairement outsiders, les Sud-Africains sont tout près de rattraper les Néo-Zélandais au nombre de titres mondiaux gagnés.

68e: TREIZE POINTS D'AVANCE POUR LES SPRINGBOKS à douze minutes de la fin. Cela sent le troisième titre mondial !

67e: M. Garcès demande la vidéo (sinon, ce n'est pas drôle). On vérifie la passe de Marx à l'origine de l'action et l'essai de Mapimpi est validé !!! C'est son sixième de la compétition qu'il a initié avec un astucieux coup de pied, récupéré par le centre Am qui lui a ouvert un boulevard. Pollard transforme !

66e: OH MACAREL, UN ESSAI DANS CETTE FINALE !!!!!!!!

63e: LA FAUTE DEBILE !!! L'ailier anglais Watson se prend subitement pour un Français et vient bousculer à l'épaule son homologue sud-africain Mapimpi, alors que le ballon est (encore) en l'air. Mais Pollard ne passe pas la pénalité.

62e: Qui a dit qu'il n'y avait que des coups de pied et des mêlées dans ce match ?

 

59e: Hors-jeu sud-africain sur le renvoi. Jérôme Garcès va avoir les lèvres gercées à force de siffler des pénalités. Farrell réduit l'écart.

57e: Kolbe touche enfin un ballon sur son aile, il fait deux mètres avant d'être plaqué par Jonny May. Pas grave pour les Boks, qui avaient récupéré une pénalité auparavant. Avantage terminé, Pollard redonne neuf points d'avance à la patrie de Pierre Issa.

54e: La rebellion anglaise se confirme ! Curry, l'une des taupes de la troisième ligne anglaise, vient gratter un ballon dans les bras de Pollard. Nouvelle pénalité pour Farrell ! Mais c'est raté cette fois.

52e: Et Farrell qui ramène l'Angleterre à six points (9-15) !!!

50e: Décision très forte d'Eddie Jones, qui sort son ouvreur George Ford, pour faire rentrer le centre Henry Slade pour l'associer à Manu Tuilagi. Farrell prend le numéro 10. Choc psychologique ? En tout cas, la mêlée anglaise pulvérise celle des Springboks dans la foulée. Et le Swing Low, Sweet Chariot résonne de nouveau...

49e: Voilà, c'est un peu ça.

 

46e: L'Afrique du Sud change ses deux piliers juste avant une mêlée ou les nouveaux venus pulvérisent le pack anglais. Pas bon pour le moral de Vunipola et compagnie tout ça. Surtout que Pollard transforme tranquilou une pénalité de 50 mètres. Neuf points d'écart pour les Boks, quand même.

43e: « Vous ne passerez pas !!! » semblent hurler les Springboks qui défendent comme des malades, à l’image de Pieter-Steph « Gandalf » Du Toit.

41e: C'est reparti !!! Et voilà un lancer enfin ajusté par le talonneur Jamie George, que je jurerais avoir déjà vu jouer du côté de Pouyastruc ou de Saint-Sulpice-sur-Lèze, en amateurs...

11h08: Allez, on se rassied, et on s'y remet. Voyons si les Anglais vont réagir en deuxième mi-temps. Pour l'instant, on dirait qu'ils ont joué leur finale lors de la demie. Comme la France en 1987 ou 1999...

10h55: C’EST LA PAUSE. Les amoureux de « la balle à l’aile, la vie est belle » sont peut-être frustrés, mais on assiste à un match bien épais, loin d’être désagréable, avec des Sud-Africains souverains en conquête. Pour les Anglais, c’est vraiment pas Crécy ou Azincourt pour l’instant. On prend un petit café (enfin, c’est vous qui voyez) et on se retrouve dans quelques minutes.

41e: Ils sont sûrs de leurs forces, ces Boks !!! Alors que la sirène (le gong pardon) de la mi-temps retentit, Marx et ses camarades malmènent encore le pack anglais en mêlée. Pénalité capitale, transformée par Pollard, qui en a enquillé quatre après son échec initial.

39e: Hop, une nouvelle pénalité et l'Afrique du Sud repasse devant. Sans suspense, Pollard (vous l'avez ?)

34e: C'EST OFFICIEL: LES ANGLAIS SONT (ENFIN) DANS LE MATCH. Après avoir passé autant de temps (ou presque) dans les 22 m sud-africains que Patrick Chirac au camping des Flots Bleus, M. Garcès leur offre une pénalité que Farrell transforme sans souci. Egalité.

30e: Comme c'est brutal !!! Même depuis mon canapé, je me sens tout mâché.

27e: Encore une passe en bois, suivie d'un coup de pied direct en touche de George Ford. Les Anglais peinent. Le grand planificateur Eddie Jones, qui sait déjà où il passera le réveillon du Nouvel An en 2027, est en rage.

24e: Incroyable comment les Anglais se font tordre en mêlée, avec un magnifique travail du Springbok Mtawarira, sosie bodybuildé d'Idris Elba. Pollard remet son équipe en tête.

20e : Il aura fallu attendre la moitié d’une mi-temps pour voir les Anglais dans les 22 m sud-africains… et récupérer une pénalité. C’est Cheslin Kolbe (1,71 m) qui est le fautif après avoir plaqué Courtney Lawes (2,01 m)… Au tour des Boks de compter leurs blessés : le deuxième ligne De Jager sort l’épaule en vrac alors que le talonneur Mbonambi est KO. Pendant ce temps, Owen « The Brain » Farrell égalise.

17e: Impressionnants ces Springboks. Sur ce ballon porté, ils emportent les avants anglais comme s'ils jouaient devant la Vallée du Girou.

14e: La conquête est clairement défaillante côté British. Après la mêlée bousculée, c'est la touche qui tremblote. 

13e: Il est rentré du Japon, mais notre ancien envoyé spécial garde un œil averti sur la compétition.

 

10e: Encore une passe pourrie des Anglais. Cette fois, c'est le demi de mêlée Youngs qui s'y colle. On dirait le Stade Toulousain d'il y a trois ans...

8e: Encore une passe mal assurée côté anglais. Cette fois, c'est Billy Vunipola, le n°8, qui se rate devant son en-but. Et pour couronner le tout, le capitaine Owen Farrell garde un ballon au sol. Pénalité des 15 m en face des poteaux que Pollard transforme en fermant les yeux (ou presque). Le planchot est défloré !

6e: Cela part très fort, avec des Sud-Africains conquérants, à l'image de cette chandelle parfaitement ajustée par Pollard. Mais un en-avant de l'arrière Le Roux, pas terrible depuis le début du Mondial, gâche le tout.

3e: Long arrêt de jeu après le KO subi par le pilier droit anglais Kyle Sinkler suite à une rencontre inopinée avec le coude de son coéquipier Maro Itoje. Il sort sans prendre la voiturette qu'on lui avait dépêchée, mais pas très frais quand même. C'est Dan Cole qui le remplace.

2e: Alors que le tellement anglais Swing Low, sweet Chariot retentit, le deuxième ligne de la Rose Courtney Lawes est pénalisé. Mais l'ouvreur sud-africain Handre Pollard rate le même type de pénalité qu'il a déjà réussi des centaines de fois. Mais bon, c'est une finale de Coupe du monde, là...

1re: Et Jérôme Garcès, l'arbitre français du match, donne le coup d'envoi du dernier match de sa carrière !!! Pas mal, comme pot de départ...

10h: Bon, vous le sentez comment ce match ? Le ballon ne va pas chanter à tous les coins, mais on espère se régaler. 

9h57: Bon, Eddie Jones et Rassie Erasmus, les deux sélectionneurs, nous la jouent décontractés. En espérant qu'on ne revivra pas la même purge que lors de la finale sans essai de la Coupe du monde 2007, que les Sud-Africains avaient remportée face aux Anglais (15-6).

 

9h53:  Du côté des Boks, un seul changement aussi par rapport à la purge contre le pays de Galles : le retour sur l’aile droite du virtuose du Stade Toulousain Cheslin Kolbe, remis de son bobo à une cheville. Son remplaçant en demi Sbu Nkosi sort carrément du groupe. Dur...

 

9h50: Bienvenue à vous qui avez pris la belle résolution de vivre avec nous ce moment historique. Et parce que c’est toujours bien de savoir de quoi ou plutôt de qui on parle, voici les compos des finalistes. Côté anglais, les bourreaux des Néo-Zélandais sont logiquement reconduits. Le seul changement est sur le banc, où le demi de mêlée des Saracens Ben Spencer a débarqué dans la semaine pour remplacer Willi Heinz, blessé à la fin de la demi-finale. Un petit côté Jean-Marc Doussain 2011

 

Nous y voilà !!! Un mois et demi après le début de cette Coupe du monde au Japon, la fin du repas gargantuesque approche. Et le dessert s’annonce copieux à Yokohama. Une finale Angleterre – Afrique du Sud, c’est comme un kouign-amann auquel on ajouterait un peu de beurre : c’est alléchant, mais ça promet d’être lourd.

Ne caricaturons pas : le XV de la Rose, bourreau des All Blacks en demi-finale, nous a souvent régalés pendant ce Mondial. Alors que côté Springboks, le funambule toulousain Cheslin Kobe, forfait lors de la demie gagnée face aux Gallois, justifie à lui seul de rester devant sa télé un samedi matin.

Ou plutôt devant notre direct pour suivre ce « Tolkienico ». Car l'immense écrivain britannique était né à Bloemfontein, l'un des hauts lieux du rugby sud-africain.

» Alors, deuxième titre pour l’Angleterre après 2003 ou troisième pour l’Afrique du Sud, histoire de confirmer la règle des douze ans après 1995 et 2007 ? On se retrouve dès 9 h 50.