OL-Dijon : Les Lyonnais se sont réveillés trop tard pour faire craquer le DFCO… Pas d’effet Rudi Garcia pour cet OL malade (0-0)….

FOOTBALL Pour sa première sur le banc lyonnais, Rudi Garcia n’a pas pu empêcher un huitième match consécutif sans victoire, ce samedi face au DFCO d’un Alfred Gomis chaud bouillant dans les buts (0-0)

Au Parc OL, Jérémy Laugier

— 

A l'image de Moussa Dembélé, les Lyonnais ont tout tenté en fin de rencontre mais ils ont sans cesse buté sur Alfred Gomis, excellent ce samedi.
A l'image de Moussa Dembélé, les Lyonnais ont tout tenté en fin de rencontre mais ils ont sans cesse buté sur Alfred Gomis, excellent ce samedi. — JEAN-PHILIPPE KSIAZEK / AFP

Allez les amis, on vous laisse sur ce résultat encore surprenant concernant l’OL en Ligue 1. Les Lyonnais (14es) ne s’en sortent décidément point, y compris contre un DFCO 19e et ultra-minimaliste dans le jeu. Il y en a du boulot pour Rudi Garcia qui n’a pas réussi à relancer sa nouvelle équipe pour sa première sur le banc, malgré une dernière demi-heure avec plus d’intentions. On file aux réactions des joueurs/coachs et on vous propose des articles de retour en fin de soirée sur 20minutes.fr. La bise à tous.

Les chants classiques « Bougez-vous le cul » et « Mouillez le maillot » fusent des deux virages, ainsi que des sifflets fournis. Mais Rudi Garcia n’est pas personnellement ciblé. L’OL ne peut en tout cas pas se contenter de la bouillie de la première heure. Voici donc un 8e match de rang sans la moindre victoire en Ligue 1, c’est assez dingo.

C’est fini, le DFCO a tenu sans concéder de grosses occases dans les arrêts de jeu. Triste 0-0 pour l’OL malgré une dernière demi-heure intense.

90e+2 : Always funambules ces gardiens de but : Anthony Lopes y va de son contrôle orienté dans le rond central pour maintenir la pression sur le DFCO. Puis sur un long ballon, Alfred Gomis se fait plaisir avec un contrôle poitrine avant de capter le ballon.

90e : Action extrêmement confuse dans la surface bourguignonne. A l’image de Dembélé s’arrachant pour jouer le ballon au sol, l’OL donne tout dans cette fin de match. La relance passe clairement par un succès aujourd’hui contre une équipe du calibre de Dijon.

87e : C’est un grand oui. Bon pour l’instant on n’a pas encore vu Rayan dans ses œuvres sur l’aile gauche.

 

81e : Ça y est, Rayan Cherki va entrer en jeu pour de vrai. D’une soirée morose, ça sent la nuit blanche au pisco sour pour les deux virages si ce gamin du centre de formation relance d’un coup l’OL dans ces dix dernières minutes de jeu. Grosse grosse ovation à son entrée en jeu à la place de Maxwel Cornet.

78e : Ambiance de corrida ou pas pour les joueurs mais aussi (déjà) pour Rudi Garcia dans 15 minutes si le score se maintient ? A voir mais là, le visage lyonnais est tout autre depuis l’heure de jeu, ça serait injuste de ne pas le reconnaître.

75e : Oh oh oh ce parfum de hold-up. Centre puissant de Ndong et Tavares qu’on a archi pas vu du match devance Marcelo au premier poteau. C’est au-dessus mais tout le Parc OL s’est arrêté de respirer sur le coup.

73e : This is it les gens, Rudi Garcia balance des consignes… à Rayan Cherki (16 ans). On pourra dire qu’on y était, à la première en pro du gamin. Bon, pendant ce temps Reine-Adélaïde croque une nouvelle belle occase.

71e : Quand on y pense, après l’immense perf d’Alban Lafont il y a trois semaines au Parc OL (0-1), Alfred Gomis est lui aussi en lice pour un méchant perfect des fafas. Il vient de se détendre pour repousser une nouvelle tentative d’Aouar à l’instant.

66e : Gomis superstar dans les cages du DFCO ! Il repousse une puissante volée de Cornet puis se relève vite et claque le coup de tête pas assez tueur de Reine-Adélaïde. Quand ça ne veut pas pour l’OL…

62e : Woh ça s’appelle une réaction tranchée du public : Thiago Mendes (plus que moyen en relayeur dans un 4-3-3) est archi-sifflé à sa sortie et Jeff Reine-Adélaïde est ovationné comme le messie à son entrée en jeu.

61e : Et même quand l’OL crée des différences, il y a un manque de réussite. Non on ne parle pas de la frappe cata de Bertrand Traoré à l’instant mais de l’enchaînement de classe de Moussa Dembélé. Son contrôle aérien était parfait mais, gêné par Ecuele Manga, il bute encore sur Gomis.

55e : Franchement, vu l’ennui total, on n’est pas loin de rajouter un +1. Mais bon pour l’instant, c’est Bertrand Traoré (sifflé par une partie du stade) qui remplace Martin Terrier.

 

52e : Les sifflets commencent à monter après un centre manqué de Marçal. Pas de réelle réaction dans les intentions de jeu vers l’avant.

49e : Ça repart au top pour les Lyonnais : ils permettent une contre-attaque qui aurait pu faire mal (mauvais choix de Bryan Soumaré), puis dégagement n’importe comment très très loin devant de Marcelo, pourtant sans la moindre pression derrière.

C'est reparti au Parc OL ! Aucun changement à signaler. 

On vous laisse quelques minutes avec les stats de la première période. A noter que Dembélé et Terrier n’ont touché que 29 ballons à eux deux jusque-là…

 

Mi-temps au Parc OL sur ce score logique de 0-0. Bon on s’y attendait un peu mais le changement de coach n’a pas suffi à réveiller une équipe lyonnaise sans réelle créativité. Pendant ce temps, Jeff Reine-Adélaïde est toujours sur le banc.

45e: Super centre de Cornet. Au duel et en excellente position, Moussa Dembélé est devancé par un défenseur dijonnais. Ca s'emballe (enfin) un peu en cette fin de première période. 

43e : A noter que Juninho vient de quitter la tribune de presse, où il suit les matchs, pour rejoindre le vestiaire lyonnais.

 

40e : Encore une fois, on retrouve Houssem Aouar à la baguette. Il sert parfaitement Maxwel Cornet qui ne cadre pas son quasi duel avec Gomis, légèrement décalé à droite. La meilleure occase du match depuis la reprise de Dembélé.

39e : Comme à Sainté, le jeu offensif guère folichon de l’OL dépend en grande partie d’Houssem Aouar. L’international espoirs a créé pas mal de choses sur ce début de match mais à l’image de ses deux dernières frappes (33e et 39e) qui s’envolent, la finition pose problème.

32e : Oh oh pas mal ce petit rush le long de la ligne de touche de « Mad Max » Cornet. Bon il a un peu de réussite de gratter une faute de Ngonda Muzinga mais ça a eu le mérite d’égayer une première période très moyenne quoi.

25e : Le match s’emballe un peu, l’attaquant dijonnais Mavididi (chez qui on sent du potentiel) tente un petit enroulé des 20 m. Kenny Tete freine sa tentative et Lopes doit claquer la balle en corner.

23e : Le voilà le joli mouvement côté lyonnais : Dembélé s’arrache pour centrer en retrait du pied gauche. Martin Terrier est surpris par la légère déviation d’un défenseur dijonnais et se loupe complètement.

15e : Vous vous doutez un peu que si on vous raconte ça, c’est que ce n’est guère transcendant sur le terrain. Rudi Garcia s’active le long de la ligne de touche mais c’est un début de match moyen côté lyonnais. Premiers sifflets du virage nord après une longue conservation du ballon du DFCO.

10e : A noter que si Jason Denayer est bien de retour aujourd’hui après sa blessure, il ne récupère pas son brassard. Rudi Garcia expliquait jeudi ne pas vouloir trancher la question du capitanat tout de suite mais il a quand même mis Marcelo capitaine contre Dijon.

6e : Il y a eu une jolie percée de Mavididi stoppée par Marcelo en faveur de Dijon mais la vraie première occase est pour Moussa Dembélé. L’attaquant de l’OL coupe bien un centre de Marçal mais Gomis est à la parade.

2e : Première mini-opportunité pour Maxwel Cornet, préféré à Bertrand Traoré sur l’aile droite du 4-3-3 de Rudi Garcia mais sans danger pour Gomis.

C'est parti pour cet OL-DFCO !

17h29 : Et la banderole du virage nord suit, cette fois spécialement à l’encontre du nouveau coach lyonnais. Le décor est planté.

 

17h28 : Et allez, alors que le virage sud a sorti une grande banderole « 6/10 nouvelle trahison, vous êtes des lâches » (en référence au derby perdu évidemment) et chante « Mouillez le maillot », on vous livre la compo du DFCO (vous n’en pouviez plus de l’attendre hein ?).

 

17h25 : Bon, gros sifflets du virage nord lorsque le speaker a annoncé à l’instant le nom de Rudi Garcia. C’était nettement moins le cas dans le reste du stade (assez clairsemé pour l’instant). Et applaudissements fournis pour Rayan Cherki.

17h17 : Finalement, la vraie grosse surprise qu’on pourra qualifier de mi-sportive, mi-politico-calculatrice de Rudi Garcia, c’est la première présence sur une feuille de match en carrière pour le prometteur attaquant Rayan Cherki (16 ans). En avril dernier, on avait publié ce portrait du phénomène.

 

17h15 : Et hop nous voilà en place au Parc OL. Sans plus tarder, les compos, et surtout la première de Rudi Garcia, qui est très « genesiesque » avec Thiago Mendes comme seule recrue titulaire. Andersen, Reine Adélaïde et Koné sont sur le banc au coup d’envoi.

 

16h30 : Avouez-le, vous vous êtes de suite dit que ce nouvel OL serait avant tout un cauchemar pour le corps arbitral. Un combo Aulas-Garcia, ça promet des après-matchs enflammés dans les prochains mois. On en a donc profité pour vous concocter un quiz sur leurs déclas les plus magiques liées à l’arbitrage. Attention, on a éventuellement pu tenter de vous piéger avec nos propres productions. Balancez-nous vos scores, on cherche depuis hier un premier perfect. On vous donne rendez-vous à 17h15 pour causer de ça, et puis quand même du match quoi.

 

16h30 : Pour vous faire patienter un peu, on vous invite à vous (re)plonger dans notre série d'articles de la semaine liée à la nomination surprise de Rudi Garcia à Lyon lundi. Parmi les principaux enjeux du jour, il y aura évidemment l’accueil du stade, et notamment des deux virages qui ont fait comprendre mardi soir à l’ancien coach de l’OM qu’ils ne feraient guère preuve de patience à son sujet en cas de mauvais résultats. L’article ci-dessous revient sur l’animosité déclenchée par Rudi Garcia à Marseille comme à Lyon.

 

16h30 : Hello guys ! Bienvenue sur le site de 20 Minutes pour vibrer sur les passements de jambes de Julio Tavares dans un Parc OL où l’ambiance pourrait vite être électrique si ce Lyon-Dijon tourne mal. Le contexte est planté : l’OL est actuellement 14e à déjà dix points du surprenant deuxième, le FC Nantes (on éviterait presque de mentionner le gouffre de 12 points sur le PSG), vient de perdre le derby (1-0) et mise donc sur Rudi Garcia pour vite gommer l’échec Sylvinho (sept matchs de rang sans victoire en L1). Le tout sans Memphis Depay et Léo Dubois (blessés) ce samedi (17h30). En face, le DFCO (19e) pourrait bien profiter de ce climat de crise à Lyon pour signer le coup parfait ici comme la saison passée (1-3).

Bonjour à tous m’sieurs dames, et bienvenue pour ce rendez-vous bien chaud bouillant pour les Lyonnais, qu’on va vous faire vivre en direct du Parc OL. Il y a quelques semaines, on aurait eu du mal à tenter de vous vendre ce Lyon-Dijon comme un possible tournant de la saison en Ligue 1. Mais cet OL est 14e, et deux semaines après avoir été dépassé par la lanterne rouge stéphanoise via un derby morose (1-0), il pourrait connaître le même scénario en cas d’énième contre-performance ce samedi (17h30) contre le DFCO (19e à un point). Bon, il est temps d’évoquer le nouveau contexte à Lyon: Sylvinho a été remplacé sur le banc après le pire bilan de l’OL en Ligue 1 depuis 24 ans. Rudi Garcia s’est engagé lundi et sa première compo d’équipe est aussi attendue que le sort que vont lui réserver les supporters lyonnais. Ceux-ci n’ont pas zappé les multiples piques balancées, notamment sur l'arbitrage, durant ses trois saisons à l’OM. Autant dire que coach Rudi serait inspiré de vite redresser une équipe qui reste sur sept matchs de rang sans succès en championnat.

>> Rendez-vous à 17h15 pour le début du live, et coup d’envoi du match à 17h30…