Ajax-Lille : Un supporter du Losc raconte ses souvenirs de déplacements européens

FOOTBALL Alex, 35 ans, a voyagé à travers l’Europe pour supporter le Losc. Il va remettre ça dès ce mardi soir en Ligue des champions à Amsterdam

Francois Launay

— 

Les supporters du Losc vont se déplacer en masse à Amsterdam
Les supporters du Losc vont se déplacer en masse à Amsterdam — BAZIZ CHIBANE/SIPA
  • Sept ans après, Le Losc retrouve la Ligue des champions mardi soir à Amsterdam.
  • 2.800 supporters lillois vont faire le déplacement aux Pays-Bas pour encourager leur équipe.
  • L’occasion pour Alex, habitué aux déplacements européens, de se remémorer quelques souvenirs.

Sept ans qu’ils attendaient ça. Depuis le 5 décembre 2012 et une défaite à domicile face à Valence (0-1), les supporters du Losc n’avaient plus entendu l’hymne de la Ligue des champions. Ce mardi soir à Amsterdam, les fans du club nordiste vont renouer avec la plus belle compétition européenne. Pour ce retour au plus haut niveau, ils seront 2.800 à faire le déplacement dans la capitale néerlandaise toute proche (3 heures 30 de trajet).

Quarante bus vont partir mardi matin de Lille pour acheminer ce joli monde à Amsterdam où une marche de supporters lillois est prévue pour rejoindre le stade. Alex, 35 ans, sera de la partie. Supporter du Losc depuis toujours, il a déjà bien bourlingué à travers l’Europe pour supporters les Dogues. Avant d’écrire un nouveau chapitre, il revient sur ses souvenirs de déplacements européens.

La première fois

« J’avais 14 ans. C’était à Dortmund (coupe de l'UEFA 2001-2002) où il y avait un mur jaune de 30.000 supporters dans le stade. A l’époque, j’étais jeune et j’avais vraiment trouvé ça impressionnant »

Le plus marquant

« Le « You' ll Never Walk Alone » entonné à Anfield par les supporters de Liverpool (Ligue Europa 2009/2010), c’était magique. Old Trafford, le stade de Manchester United, est aussi un beau souvenir »

La plus belle ambiance

« Les matchs à l’AEK Athènes (2006) et à Fenerbahce (2011), c’était vraiment énorme en termes d’ambiance. C’est vraiment du fanatisme. On a l’impression que les supporters jouent leur vie. On ne retrouve pas ça dans les autres stades. La Grèce et la Turquie, c’est hors-norme »

La plus grosse déception

« Un match au Sporting Portugal en Ligue Europa où Tulio De Melo avait manqué un but inratable. On l’avait croisé le lendemain et on l’avait chambré gentiment en lui disant : "Si tu veux, on t’achète tout de suite un maillot du Brésil vu que tu ne le porteras jamais" »

La plus grosse claque

«Le match perdu 6-1 sur la pelouse du Bayern Munich ​en Ligue des champions. On était honteux. C’était triste. On avait pris cher ce jour-là. Après ce genre de match, les retours en bus sont toujours compliqués. Tout le monde dort pendant les 1.000 bornes du trajet. »

La plus belle fête

« Après le match gagné à Milan en Ligue des champions où on s’était qualifié pour les huitièmes de finale. Même si San Siro est un stade où on est tellement haut qu’on ne voit rien »

Le plus tendu

« Un déplacement au Genoa où on a connu des tensions avec des supporters adverses. C’était chaud. Sinon, à Manchester, je me souviens d’un bar devant lequel il était marqué "Interdit aux chiens et aux Français" ». On était quand même rentrés »

Le plus beau stade

« Old Trafford, c’est quand même quelque chose. Liverpool aussi, c’est beau. Et il y a Dortmund avec sa belle ambiance »