VIDEO. Dopage: Quand l'Australien Mack Horton refuse de partager le podium avec le sulfureux Sun Yang

NATATION Ahhhh Sun Yang, l'homme qui «pissait violet» selon Camille Lacourt

B.V. avec AFP

— 

Horton refuse de partager le podium avec Sun Yang
Horton refuse de partager le podium avec Sun Yang — SIPA

Sans doute le moment le plus drôle des JO 2016. A la retraite après sa dernière course, Camille Lacourt avait balancé un missile en direction du Chinois Sun Yang, l'un des nageurs les plus suspectés de dopage dans l'histoire, l'accusant de «pisser violet». Eh bien sachez que ce Sun Yang nage toujours, et qu'il a même remporté le 400 mètres nage libre dimanche en ouverture des Mondiaux. Ce qu'a moyennement apprécié son adversaire direct, l'Australien Mack Horton. Ce dernier a refusé de partager le podium avec le Chinois. Horton a montré ostensiblement sa défiance à l'égard de Sun, sacré champion du monde du 400 m pour la quatrième fois d'affilée, en ne montant pas sur le podium pour recevoir sa médaille d'argent, puis en se tenant à l'écart sur les photos souvenir.

« Mack Horton a bien fait de se positionner, parce que beaucoup de gens pensent comme lui mais ne s'expriment pas forcément. Il en faut qui montrent la voie, comme Lilly King ou Chad Le Clos aussi, salue Jérémy Stravius, l'un des piliers de l'équipe de France Il ne faut pas se laisser marcher sur les pieds. C'est inadmissible de voir un nageur concourir, et gagner encore, alors qu'il a un passé et un présent qui sèment le doute. »

Sun (27 ans), désormais triple champion olympique et décuple champion du monde, est au coeur d'un contrôle antidopage rocambolesque au cours duquel il a détruit à coup de marteau un échantillon de sang en septembre dernier. Non sanctionné par la Fina, pour vice de forme, le nageur chinois doit se présenter devant le Tribunal arbitral du sport (TAS) en septembre, après que l'Agence mondiale antidopage (AMA) a fait appel. Déjà suspendu trois mois pour dopage en 2014, il risque la suspension à vie qui s'applique en cas de récidive.

Entre nageurs, « on en parle de plus en plus mais on reste toujours un peu passifs, ça manque encore d'action. Ca pourrait vite arriver. Je pense que ça va être un déclic pour tous les nageurs. Et tant mieux »;, estime le nageur français, co-champion du monde du 100 m dos en 2011.