L'OL n'a pas eu froid aux yeux

Stéphane Marteau

— 

L'OL n'aura pas sauvé l'honneur des clubs français. Au lendemain des défaites de Bordeaux et de Marseille devant Chelsea (4-0) et Liverpool (1-2), le septuple champion de France a débuté hier sa neuvième campagne de rang en Ligue des champions par un match nul au stade de Gerland face à la Fiorentina (2-2). En quatre confrontations avec des clubs italiens en C1, le club de Jean-Michel Aulas n‚a toujours pas remporté le moindre succès à domicile (3 nuls et 1 défaite).

Mais les Lyonnais peuvent s'estimer heureux. D'une incroyable fébrilité en défense, à l'image de Jean-Alain Boumsong préféré à Cris en défense centrale, l'OL a regagné les vestiaires à la pause après avoir encaissé deux buts sur des coups de tête d'Alberto Gilardino (12e et 42e).

à quatre minutes de la fin du temps réglementaire.

Mais en seconde période, la formation de Claude Puel s'est montrée beaucoup plus agressive et entreprenante avec les entrées d'Ederson et de Frédéric Piquionne en lieu et place de Jean II Makoun et d'un Fred décevant. L'ancien attaquant de Saint-Etienne et de Monaco a d'ailleurs réduit le score sur un service de Karim Benzema (72e) avant que ce dernier n'arrache l'égalisation à quatre minutes de la fin du temps réglementaire. L'OL a donc préservé l'essentiel avant de se déplacer dans deux semaines à Munich pour affronter le Bayern, leader du groupe F après son succès obtenu sur la pelouse du Steaua Bucarest (0-1).