Fan de foot jusqu’à la tombe

A Berlin, Caroline Bruneau

— 

Le cimetière pour les supporters du HSV, à hambourg.
Le cimetière pour les supporters du HSV, à hambourg. — AFP PHOTO DDP / ROLAND MAGUNIA

«Aimez votre club même dans l’au-delà»: ce pourrait être le nouveau slogan du Hambourg SV, le premier club de football en Europe à offrir à ses fans, pardon, ses fidèles, un lieu pour reposer pour l’éternité. Mardi est en effet inauguré le premier cimetière pour supporters en Europe, après un précédent en Argentine, pour le club de Boca Juniors. «Déjà une dizaines de candidats se sont manifestés», explique Christian Reichert, membre du conseil de surveillance du club.

 

Dans ce pays où l’attachement à son club est presque une religion, la possibilité de se faire enterrer aux couleurs de son équipe fait des bienheureux. Pourtant l’idée ne vient pas du club : c’est le jardinier en chef du cimetière de Altona, un quartier de Hambourg, à deux pas du stade, qui a le premier remarqué que les concessions à proximité immédiate du stade étaient les plus demandées. «D’ici on peut entendre les chants et les cris les jours de match», explique le jardinier Lars Rehder, «et on peut espérer que les copains viendront faire un tour sur la tombe sur le chemin du stade».

 
Concession longue durée
 

Une fois le club convaincu, et les premières licences pour cercueil vendues à des entrepreneurs de pompes funèbres hambourgeois, les travaux ont été lancés en septembre 2007 pour aménager une aire spéciale dans le cimetière municipal. Tout a été fait pour rappeler l’ambiance d’un match de foot: le cortège funéraire passe d’abord sous une porte en forme de cage de terrain de foot, avant d’accéder aux trois espaces, qui reproduisent le stade.

 

On peut choisir le parterre ou la tribune pour son cercueil ou son urne –blanche et bleue, comme le HSV- ou bien même les loges VIP un peu plus haut. Les décorations florales en forme de chaussures de foot ou autres ballons sont disponibles, et l’inhumation s’effectue aux sons des chants de supporters. Entre 300 et 500 amoureux du HSV pourront trouver ici leur dernier sommeil, à condition de signer pour une concession de longue durée.

 

L’amour du club a tout de même un coût: il faut compter 2350 euros pour un cercueil, et entre 295 et 390 euros pour une urne bleue et blanche. Quant au club, il ne devient pas entreprise de pompes funèbres pour autant : les dizaine de milliers d’euros récupérés par la vente des licences HSV a été réinvesti dans l’aménagement et l’entretien du cimetière. Pour prendre soin des fans, pour l’éternité.