Angleterre: La consommation de cocaïne, raison de la violence dans les stades?

FOOTBALL La police anglaise explique que le retour de la violence dans les stades est peut-être lié à l'augmentation de la consommation de drogues

B.V.

— 

Le Villan Jack Grealish agressé en plain match par un fan de Birmingham.
Le Villan Jack Grealish agressé en plain match par un fan de Birmingham. — Capture d'écrans @SoccerAM

C’est une recrudescence inquiétante. Samedi, le footballeur d'Aston villa Jack Grealish a été agressé en plein match par un supporter de Birmingham. Un nouvel épisode qui témoigne d’un retour des violences dans les stades anglais, qui ont augmenté de 45 % sur les deux dernières saisons. Selon la police, ces faits pourraient être liés à l’augmentation de la consommation de cocaïne par les supporters se rendant aux matchs.

« Nous avons de fortes preuves pour dire que c’est un réel problème », explique à The Independant Mark Roberts, chef adjoint de la gendarmerie nationale. En 2017-2018, 2,6 % des Anglais âgés de 16 à 59 ans auraient pris de la cocaïne, contre 2,4 % l’année précédente. La drogue est plus facile à trouver, plus pure et moins chère.

« C’est l’éléphant dans la pièce, poursuit Roberts. C’est le genre de choses que nous ne pouvons identifier que si quelqu’un est arrêté en possession (ndr : l’agresseur de Grealish, samedi, ne l’était pas). Mais lors d’un match récent, nous avons mené une opération et arrêté quinze personnes en possession. Ça prouve que ça existe. L’an passé, la police des matchs de foot a procédé à des fouilles dans le stade, et notamment dans les toilettes. Ils y ont trouvé beaucoup de cocaïne. »

« Il y a un lien très fort entre la consommation de cocaïne et les violences dans les stades », a quant à lui confirmé Andy Bridgewater, directeur de la police des West Midlands.