VIDEO. Atlético-Juventus: «Il fallait en avoir pour prendre mes décisions», Simeone explique son geste obscène sur le premier but

FOOTBALL Le coach des Madrilènes était fier d’avoir réussi son coup face à la Juventus en 8e de finale aller de la Ligue des champions (2-0)

J.L.

— 

Diego Simeone, architecte permanent du miracle colchonero.
Diego Simeone, architecte permanent du miracle colchonero. — A Perez Meca/REX/Shutterstock/SIPA

L’exubérance machiste de Diego Simeone n’est pas à proprement parler une nouveauté... Elle fait même partie de l'identité de l'Atlético de Madrid, club de losers éternels transformé en équipe de morts de faim par le technicien argentin. Nouvelle preuve de cette capacité à se transcender mercredi soir contre la Juventus. Renforcés par l’arrivée de Ronaldo et nettement favoris de cette double confrontation, les Italiens ont été progressivement étouffés par la furia madrilène au Wanda Metropolitano.

Le « folklore » argentin

Simeone lui-même n’a pas contenu sa rage intérieure en se prenant les parties génitales à deux mains bien en évidence pour les montrer au public madrilène juste après l’ouverture du score de Gimenez. Une manière de dire « On les a grosses comme des pastèques » qui semble appartenir au folklore argentin, puisque Angel Di Maria avait fait la même chose lors de son égalisation contre la France lors de la Coupe du monde. Sans la même réussite au bout.

« Concernant ce geste, j’ai eu envie de le faire, parce que pour aligner Koke et (Diego) Costa après des semaines sans jouer, il fallait en avoir. Et tout s’est bien déroulé, s'est justifié Simeone en conférence de presse. Je demande pardon si ça a heurté certaines personnes, mais c’était juste pour mon équipe et pas contre la Juve. Pas du tout ». Ne change rien Diego.