Coupe de la Ligue: Un Guingamp à réaction s'offre une place en finale, retour raté pour Jardim

FOOTBALL Les hommes de Jocelyn Gourvennec se sont imposés face à Monaco en demi-finale de Coupe de la Ligue...

Jérôme Gicquel

— 

Ronny Rodelin et les Guingampais ont gagné leur place pour la finale de la Coupe de la Ligue le 30 mars à Lille.
Ronny Rodelin et les Guingampais ont gagné leur place pour la finale de la Coupe de la Ligue le 30 mars à Lille. — Fred Tanneau / AFP

La Coupe de la Ligue pour oublier les galères du championnat. Bon dernier de Ligue 1, l’En Avant de Guingamp accueillait ce mardi soir un autre éclopé, l’AS Monaco du revenant Leonardo Jardim, pour une place en finale. A l’issue d’une rencontre un peu folle, conclue par une séance de tirs au but (2-2 ; 5-4 t.a.b), ce sont les hommes de Jocelyn Gourvennec qui ont validé leur ticket pour le stade Pierre-Mauroy de Lille le 30 mars.

Cinq ans après leur victoire en Coupe de France, les Guingampais peuvent donc rêver de décrocher un nouveau trophée et une qualification européenne. Et sauver, pourquoi pas, une saison bien pourrie jusque-là.

A dix, Monaco avait fait le break avant de s’effondrer.

Réduit à dix dès la 14e minute après l’expulsion assez logique de William Vainqueur, auteur d’un vilain tacle sur Marcus Thuram, Monaco ne pouvait pas plus mal commencer le match. Mais peu de temps après, les hommes de Leonardo Jardim prenaient l’avantage sur un petit exploit de Rony Lopes. Après un contrôle dans la surface, l’attaquant portugais se levait le ballon avant d’enchaîner par un ciseau acrobatique.

Six minutes plus tard, Golovin, dans un angle fermé, faisait de nouveau trembler les filets de Johnsson d’une frappe puissante sous la barre. A 2-0 à la mi-temps, les Monégasques pensaient avoir fait le plus dur. Mais la seconde mi-temps était à sens unique, Guingamp revenant très vite dans la partie.

Un Guingamp aux deux visages.

Jocelyn Gourvennec a dû passer un sacré savon à ses joueurs à la mi-temps. Apathiques durant les quarante-cinq premières minutes (zéro tir cadré), les Guingampais sont revenus des vestiaires regonflés à bloc, revenant au score en à peine dix minutes. Dès le coup d’envoi, Alexandre Mendy a profité des errements de la défense monégasque pour tromper Subasic du plat du pied.

A la 54e, Marcus Thuram a enfoncé le clou d’une frappe sèche du gauche en dehors de la surface. En supériorité numérique, les hommes de Jocelyn Gourvennec ont continué à pousser, Subasic sauvant son équipe face à Kerbrat et Marcus Coco. Mais Monaco a réussi à ne pas craquer, attendant sagement la séance des tirs au but.

Caillard et Coco, héros des pénos.

Monaco était passé à l’arrache en quart de finale à l’issue d’une séance de tirs au but mémorable face à Rennes. Cette fois, la chance n’a pas été du côté des hommes du Rocher.

Leur bourreau s’appelle Marc-Aurèle Caillard, le gardien remplaçant rentré juste avant la séance, qui a repoussé les tentatives d’Henrichs et de Glik. Marcus Coco pouvait terminer le travail et faire bouillir le Roudourou.