Nicolas Sarkozy, et les présidents de la Commission et du Parlement européens José Manuel Barroso et Hans-Gert Pöttering, ont tous trois plaidé pour une "Europe unie" derrière le Traité de Lisbonne, lors d'un Conseil national de l'UMP samedi à Paris.
Nicolas Sarkozy, et les présidents de la Commission et du Parlement européens José Manuel Barroso et Hans-Gert Pöttering, ont tous trois plaidé pour une "Europe unie" derrière le Traité de Lisbonne, lors d'un Conseil national de l'UMP samedi à Paris. — Martin Bureau AFP

Sport

Nicolas Sarkozy devrait officialiser sa présence aux JO

JO – Le président de la République va confirmer sa venue à Pékin pour la cérémonie d’ouverture des Jeux…

Nicolas Sarkozy ménage encore le suspens, mais sa décision paraît arrêtée. Le président de la République sera le 8 août prochain à Pékin pour la cérémonie d’ouverture des Jeux olympiques. Il pourrait l’annoncer mardi en marge du sommet du G8, après une entrevue avec le président chinois Hu Jintao.

A la suite du passage mouvementé de la flamme olympique dans les rues de Paris début avril, en plein crise tibétaine, Nicolas Sarkozy n’excluait pas alors un possible boycott de la cérémonie d’ouverture. «J'adapterai ma réponse aux évolutions qui auront lieu je l'espère le plus rapidement possible. Je ne ferme la porte à aucune éventualité», avançait-t-il à l’époque. Le Chef de l’Etat pose la reprise du dialogue sino-tibétain comme condition à sa venue, ce qui est chose faite depuis le 30 juin dernier. «Si la réaction chinoise est à la hauteur de ce qui se passe depuis quelques semaines, alors j'ai bon espoir» laisse entendre le député UMP et proche du président, Frédéric Lefebvre.

88% des Chinois ne lui souhaitent pas bienvenue

Avant même son officialisation, son choix fait réagir les partisans d’un boycott de cette cérémonie. Pour Robert Ménard, secrétaire général de Reporters sans Frontières, Nicolas Sarkozy «capitule» et «abandonne ses propres engagements» s'il se rend à Pékin.
Si la décision de Nicolas Sarkozy devrait satisfaire le gouvernement chinois, sa venue semble loin de susciter l’enthousiasme de la population locale. Un récent sondage indique que pour 88% des internautes chinois, le président français n’est pas le bienvenu à Pékin.