Thierry Laurey l'a mauvaise.
Thierry Laurey l'a mauvaise. — E. Cegarra / SIPA

FOOTBALL

OM-Strasbourg: «Le plongeon de Thauvin, ça m'horripile !» Thierry Laurey furax contre l'arbitrage

On a encore beaucoup parlé d'arbitrage en conf' de presse, après la défaite sur le fil de Strasbourg à Marseille (3-2)...

Et on dit merci Laurey. Grâce à l’entraîneur strasbourgeois, une nouvelle référence malaisante complète notre culture générale. Patrick Duffy, l’homme de l’Atlantide. Vous connaissiez, vous ? Matez donc ce déhanché aquatique (et ce jeu Actor’s Studio) :

Si Patrick Duffy surgit dans cet article, c’est parce que Thierry Laurey, entraîneur du Racing Club de Strasbourg de son état, a comparé Florian Thauvin au plongeur du feuilleton de son enfance. Dans une longue diatribe remettant en cause le penalty accordé aux Marseillais, penalty qui a permis aux Olympiens d’égaliser, en première mi-temps (on rappelle qu’ils ont finalement gagné 3-2​, grâce à un but dans le temps additionnel.) Mais revenons à nos moutons, à nos plongeons, avec Thierry Laurey :

Le penalty ? Quel penalty ? Pour qu’il y ait un penalty, il faut qu’il y ait une faute, pas un plongeon. C’est impossible de siffler là-dessus, vidéo ou pas. Florian Thauvin a reconnu lui-même qu’il avait plongé. Il faut arrêter de prendre les gens pour des ânes. On laisse de la sueur, du sang à l’entraînement (sic), pour que tout ça soit foutu en l’air par une décision qui sort de nulle part… On va me dire que c’est facile de tout mettre sur le dos de l’arbitre, mais je suis désolé, ça m’horripile ! »

Après avoir passé ses nerfs sur l’arbitrage, Thierry Laurey a reconnu que ses joueurs s’étaient « un peu sabordés » après avoir marqué le but du 2-2, à la 88e : « Notre relâchement sur la fin nous est fatal. Je leur ai dit qu’ils avaient fait 90 super minutes… Et puis un temps additionnel à vomir ! »